ENCADRE-Le budget consacre les priorités éducation, sécurité et emploi

le
2
    PARIS, 28 septembre (Reuters) - Le projet de budget pour 
2017, présenté mercredi par le gouvernement, prévoit une hausse 
des dépenses de l'Etat et des effectifs de la fonction publique 
d'Etat, ces ressources étant principalement orientées vers les 
priorités que sont l'éducation, la sécurité et l'emploi.  
    Par rapport à l'exercice 2016, le dernier projet de loi de 
finances (PLF) du quinquennat prévoit une augmentation de 7,4 
milliards des dépenses nettes de l'Etat, à 381,7 milliards 
d'euros, et des recettes nettes également en hausse, à 307,0 
milliards d'euros contre 301,7 milliards l'an dernier. 
    Le déficit budgétaire de l'Etat devrait cependant s'inscrire 
en légère baisse, à 69,3 milliards d'euros contre 69,9 milliards 
en 2016 (72,3 milliards prévus dans la loi de finances 
initiale), grâce à la progression de l'excédent des comptes 
spéciaux, dans lesquels figurent notamment les participations 
financières de l'État.       
    Le gouvernement va consacrer environ sept milliards d'euros 
supplémentaires aux secteurs qu'il considère prioritaires, à 
savoir l'éducation (près de trois milliards), la sécurité 
(environ deux milliards) et l'emploi (de l'ordre de deux 
milliards), a précisé le secrétaire d'Etat au Budget Christian 
Eckert lors de la présentation du PLF 2017 à la presse. 
    Comme depuis le début du quinquennat, le ministère de 
l'Education nationale, de l'enseignement et de la recherche se 
voit allouer la plus grande partie des moyens, avec des crédits 
en hausse de 2,1 milliards d'euros et 11.712 créations de postes 
prévues en 2017. 
    Ces postes supplémentaires, auxquels s'ajoutent les 
créations recensées dans l'enseignement agricole, permettent au 
gouvernement d'afficher un total de 60.000 postes créés dans 
l'enseignement sur l'ensemble du quinquennat, conformément à un 
engagement de campagne de François Hollande.  
    Dans le domaine de la sécurité, les ministères de 
l'Intérieur et de la Justice verront leurs crédits s'accroître 
respectivement de 500 et de 300 millions d'euros.  
    Parallèlement, les effectifs de la police et de la 
gendarmerie augmenteront de 2.286 postes, tandis que la Justice 
devrait enregistrer 2.160 créations nettes d'emplois.  
    Le ministère de la Défense, qui contribue à la sécurité 
intérieure depuis les attentats de janvier 2015, en plus de ses 
engagements sur les terrains extérieurs, connaîtra une 
augmentation de 600 millions de ses crédits et enregistrera 464 
créations de postes.   
    Le ministère du Travail percevra quant à lui 1,8 milliard 
d'euros de crédits supplémentaires qui financeront, entre autres 
mesures en faveur de l'emploi, la prolongation en 2017 de la 
prime à l'embauche de 2.000 euros pour les PME et le plan de 
500.000 formations supplémentaires de chômeurs.      
 
 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 2 mois

    L'EXEMPLE DEVANT VENIR D'EN HAUT. Réduire de moitié le nombre des parlementaires,réduction drastique des dépenses du sénat ou suppression.supprimer les statuts spéciaux,réduire de 500 000 le nombre des fonctionnaires administratifs et assimilés.délai de carence de 3 jrs pour tous;retraite à 65 ans pour tous,avec calcul identique. semaine de 40 hrs pour tous;supprimer les comités Théodules,établir la TVA sociale tous en profitent tous doivent participer à son financement .

  • bsdm il y a 2 mois

    Le haut conseil des finances publiques ,présidé par Didier Migaud premier président de la cour des comptes et socialiste nommé par sarko ,juge les prévisions budgétaires 2017 à 2,7% de déficit , complètement improbables

Partenaires Taux