ENCADRE-La ville pionnière de la fracturation hydraulique vote son interdiction

le
0

DALLAS, 5 novembre (Reuters) - Les électeurs de Denton, localité de 123.000 habitants dans le nord du Texas, se sont prononcés mardi pour l'interdiction de la fracturation hydraulique, le procédé permettant l'extraction des gaz de schiste à l'origine d'une explosion de la production américaine d'hydrocarbures. Le résultat de ce référendum, qui devrait faire l'objet de recours en justice, a été salué par les organisations écologistes qui y voient une alerte lancée contre les risques associés à ce procédé. "Denton, Texas, est l'endroit où la fracturation hydraulique a été inventée. Si ici, au coeur de l'industrie pétrolière et gazière, on ne peut pas vivre avec la fracturation, qui le peut ?", a commenté Bruce Baizel, directeur des programmes de recherche sur l'énergie de l'organisation Earthworks. Les premières exploitations de grande envergure par fracturation hydraulique ont été lancées dans la formation géologique schisteuse de Barnett (Barnett Shale), sur laquelle se trouve effectivement Denton. Le procédé consiste à injecter dans le sous-sol de l'eau, du sable et des composants chimiques sous très haute pression pour fracturer les roches et en extraire des hydrocarbures. Sa sécurité est au coeur d'un vif débat entre les industriels du secteur et les organisations de défense de l'environnement. A Denton, où on recense quelque 270 puits de forage, plus de 58% des 25.376 votants se sont prononcés pour son interdiction. La fracturation hydraulique était également soumise à référendum dans d'autres villes à travers les Etats-Unis. Dans l'Ohio, les électeurs de Gates Mills, Kent et Youngstown ont rejeté l'interdiction du procédé, approuvée en revanche à Athens. En Californie, les électeurs du comté de Santa Barbara ont voté majoritairement contre l'interdiction, que les électeurs des comtés de Mendocino et San Benito ont pour leur part validée. Des entreprises du secteur ont annoncé qu'elles saisiraient les tribunaux. (Marice Richter et Terry Wade; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant