ENCADRE-La route Castello au coeur des tractations sur l'aide à Alep

le
0
    BEYROUTH, 13 septembre (Reuters) - Le conseil gérant les 
quartiers d'Alep sous contrôle rebelle a rejeté mardi tout 
déploiement de l'armée russe le long de la route qui doit servir 
à acheminer de l'aide humanitaire dans la ville du nord de la 
Syrie, dans le cadre de l'accord de cessez-le-feu conclu samedi 
entre les Etats-Unis et la Russie. 
    Brita Hagi Hassan, qui préside ce conseil, a dit à Reuters 
avoir reçu un plan d'acheminement de l'aide qui n'entre 
cependant pas dans les détails. 
    "La présence de la Russie sur la route Castello n'est pas 
acceptable en raison de son manque de neutralité", a-t-il dit, 
s'exprimant de Syrie via internet.  
    Brita Hagi Hassan réclame que l'opposition et non le 
gouvernement syrien ou ses alliés comme la Russie supervise les 
livraisons.  
    La route Castello, axe stratégique conduisant vers les 
quartiers rebelles de l'est d'Alep à partir de la Turquie, est 
actuellement contrôlée par les forces gouvernementales et doit 
servir à acheminer les vivres.  
    Selon l'agence de presse russe Interfax, les Russes y ont 
mis en place un poste de contrôle mobile d'observation.  
    Joint à Alep lundi par liaison vidéo, le directeur adjoint 
du Centre russe pour la réconciliation en Syrie, Sergueï 
Kapitsine, a promis que la route Castello deviendrait une zone 
démilitarisée.  
    Il a ajouté que le Croissant-Rouge syrien construisait un 
checkpoint afin de superviser le passage de l'aide humanitaire 
entre l'est, sous contrôle rebelle, et l'ouest de la ville.  
    "Dans le but de créer une zone démilitarisée, les troupes 
pro-gouvernementales s'apprêtent à se retirer de la route 
Castello à une distance fixée par l'accord russo-américain, en 
même temps que l'opposition modérée", a expliqué Kapitsine.  
    Le gouvernement syrien a prévenu de son côté mardi qu'il 
refuserait toute livraison d'aide à Alep, en particulier du 
gouvernement turc, qui ne soit pas effectuée en coordination 
avec lui-même et les Nations unies. 
 
 (Tom Perry et Lisa Barrington; Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant