ENCADRE-La fuite de données, un risque pour DCNS tout juste bénéficiaire

le
0
    PARIS, 24 août (Reuters) - La révélation d'une fuite massive 
de données de DCNS tombe mal pour le constructeur naval 
français, parvenu cette année à bénéficier d'une aura 
internationale grâce à son méga-contrat avec l'Australie après 
des problèmes d'exécution de contrats qui avaient plombé ses 
comptes. 
    DCNS, dont Thales  TCFP.PA  détient 35%, a renoué avec les 
bénéfices l'an passé notamment en améliorant ses délais de 
livraison et en réduisant le nombre de ses fournisseurs. Il 
avait dit en février viser cette année une hausse de l'ordre de 
10% à 15% de son bénéfice net.     
    La France et l'Inde ont annoncé mercredi enquêter sur une 
fuite de plus de 22.000 documents liés aux six sous-marins 
Scorpène conçus par DCNS pour la marine indienne.   
Cette révélation intervient alors que DCNS négocie depuis fin 
avril le "contrat du siècle" sur la fourniture de 12 sous-marins 
de type Barracuda à l'Australie pour 50 milliards de dollars 
australiens (34 milliards d'euros).   
    Un porte-parole de DCNS a déclaré que le groupe cherchait à 
déterminer si cette fuite causerait des préjudices pour ses 
clients en vue d'établir des "plans d'action".   
    DCNS, dont l'Etat français possède 62% du capital, avait vu 
son résultat opérationnel se dégrader en 2013 en raison de 
difficultés d'exécution dans le nucléaire civil.  
    En 2014, le groupe avait accusé une perte nette de 347 
millions d'euros sous l'effet de l'augmentation des coûts de 
programmes de défense, comme ses sous-marins nucléaires 
d'attaque Barracuda.  
    En 2015, DCNS est parvenu à renouer avec un bénéfice net de 
58 millions d'euros. 
    Frank Le Rebeller, le directeur financier de DCNS, avait dit 
en février que les priorités pour 2016 étaient l'exécution des 
programmes et la conquête de nouveaux marchés à l'international. 
    La Pologne cherche à acquérir trois sous-marins mais n'a pas 
encore lancé son appel d'offres pour ce contrat évalué à 1,7 
milliard d'euros. DCNS a proposé le Scorpène en concurrence 
avec, selon la presse polonaise, Thyssenkrupp Marine Systems 
(TKMS) et le suédois Swedish Saab Kockums  SAABb.ST . 
    La Norvège a de son côté présélectionné DCNS et TKMS début 
avril pour un contrat d'au moins quatre sous-marins pour lequel 
le français a proposé également le Scorpène.    
    L'Inde discuterait, elle, de l'achat de trois sous-marins 
Scorpène supplémentaires en plus de six unités commandées en 
2005, selon une source proche du dossier. 
    Le Chili et la Malaisie utilisent chacun deux Scorpène, 
tandis que le Brésil a commandé quatre unités de ce sous-marin 
que la marine française n'utilise pas. 
 
 (Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant