ENCADRE-La Chine, "partenaire clef" de Paris pour la COP21

le , mis à jour à 14:29
0

* La France note une forte "volonté politique" de Pékin * Paris mise sur un effet incitatif pour les pays émergents * Laurent Fabius en Chine vendredi * Le Premier ministre chinois à Paris en juin par Marine Pennetier PARIS, 13 mai (Reuters) - La France voit dans la Chine un "partenaire clef", dont la détermination récente à contribuer au succès de la conférence climat de Paris pourrait inciter de grands pays émergents à s'associer à la lutte contre le réchauffement climatique. Signe de l'importance accordée à la position chinoise, six mois avant la "COP21", le volet climat devrait occuper une place importante lors de la visite de deux jours que Laurent Fabius s'apprête à faire vendredi et samedi en Chine. Le chef de la diplomatie française devrait y rencontrer son homologue Wang Yi et le négociateur en chef chinois pour la lutte contre le dérèglement climatique Xie Zhenhua. "La Chine a été identifiée comme le partenaire clef pour le succès de la COP21", souligne une source diplomatique française. "Nous percevons côté chinois une volonté de contribuer au succès de la conférence de Paris, une volonté politique forte." La 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21), qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre, est considérée comme une des dernières chances de conclure un accord mondial sur la lutte contre le changement climatique. Après l'échec de Copenhague en 2009 et l'accord en demi-teinte de Lima en 2014, la France espère aboutir en décembre à la conclusion d'un accord universel et contraignant visant à maintenir le réchauffement en deçà de 2°C. ID:nL5N0Y24KS Paris, où la prudence reste de mise à quelque 200 jours de la conférence, note avec satisfaction le changement d'attitude de la Chine, premier émetteur mondial de C02, qui a conclu en novembre 2014 un accord avec les Etats-Unis. Par cet accord qualifié d'"historique" par Washington, Pékin se fixait pour la première fois un objectif de pic de ses émissions de gaz à effets de serre, "autour de 2030". EVOLUTION DES CHINOIS "Les Chinois ont évolué et voient l'intérêt de se montrer allant sur ce sujet", estime la source diplomatique, qui relève une volonté chinoise de travailler avec la France. "La très grande qualité des relations bilatérales amène les Chinois à approcher la question en confiance en sachant que nous serons très attentifs à prendre en compte leurs préoccupations et à travailler en transparence et en confiance avec eux, ce qui permet de créer un climat positif", ajoute-t-elle. L'élaboration des engagements nationaux chinois en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre étant en cours, la visite de Laurent Fabius tombe à pic. "L'objectif est d'avoir un travail franco-chinois pour avoir une dynamique politique et un élan qui pourrait, en affichant des objectifs ambitieux, pousser d'autres pays, d'autres grands acteurs des négociations à eux aussi se montrer plus allants sur la route de Paris", note-t-on du côté français. L'expression franco-chinoise souhaitée par Paris pourrait prendre la forme d'une déclaration commune, peut-être au niveau présidentiel, à l'image de l'accord conclu entre Barack Obama et le président chinois Xi Jinping en novembre. "Puisqu'on a eu une déclaration sino-américaine à haut niveau, on peut très bien imaginer une déclaration franco-chinoise à haut niveau avec l'objectif de donner une impulsion aux négociations au moment utile", dit-on à Paris. (Edité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant