ENCADRE-France-Propositions du Medef pour l'assurance chômage

le
0
    PARIS, 27 avril (Reuters) - Le Medef propose de moduler les 
indemnisations chômage en fonction de la situation de l'emploi, 
parmi neuf propositions transmises aux syndicats avant la 
reprise jeudi des négociations sur une nouvelle convention de 
l'Unedic.   
    Selon ce document obtenu par Reuters, l'organisation 
patronale plaide notamment pour des mécanismes d'incitation 
financière à la reprise d'un emploi et de dissuasion des 
comportements d'optimisation emploi-indemnisation. 
    Elle propose ainsi de calculer l'allocation chômage pour 
qu'elle corresponde "mieux au salaire moyen perdu" plutôt que 
sur la base du salaire journalier de référence, parallèlement à 
un renforcement du contrôle de la recherche d'emploi. 
    Le Medef suggère également de mettre en place un système de 
dégressivité de l'allocation "en cas de contrôle démontrant une 
recherche d'emploi peu effective". 
    Il propose d'abaisser à quatre mois maximum le délai 
d'entrée en formation des demandeurs d'emploi voulant acquérir 
de nouvelles compétences et d'améliorer l'accompagnement de ceux 
qui souhaitent reprendre une entreprise. 
    Le Medef souhaite par ailleurs établir une corrélation entre 
le niveau d'indemnisation et la situation effective sur le 
marché du travail. 
    Ainsi, le ratio qui est aujourd'hui "un jour cotisé/un jour 
indemnisé" pourrait varier en fonction du taux de chômage au 
sens de l'Insee constatée sur deux trimestres consécutifs. 
    Par exemple, ce ratio pourrait être un jour cotisé/1,2 jour 
indemnisé en cas de taux de chômage égal ou supérieur à 12%, de 
1 pour 1,1 entre 11 et 12%, de un pour un entre 10 et 11%, de un 
pour 0,9 entre 9 et 10%, de un pour 0,8 sous 9%. 
    Le Medef estime d'autre part que l'âge d'entrée dans la 
filière senior, aujourd'hui fixé à 50 ans, ne correspond plus à 
la réalité du marché du travail. 
    Il propose ainsi de relever l'âge d'entrée dans la filière 
senior à 59 ans en passant par des paliers. Entre 50 et 55 ans, 
un salarié perdant son emploi bénéficierait ainsi de 500 heures 
de formation ; entre 55 et 57 ans, il bénéficierait en outre de 
six mois d'allocation de retour à l'emploi-formation en plus de 
ses 24 mois d'indemnisation maximum ; entre 57 et 59 ans, la 
durée maximum d'indemnisation serait portée à 30 mois. 
    Enfin, parmi d'autres mesures relevant de l'Etat, le Medef 
propose de revoir le mécanisme de financement de Pôle Emploi.  
 
 (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant