ENCADRE-France-Principales réactions aux chiffres de la croissance

le
0

PARIS, 14 août (Reuters) - Voici les principales réactions après l'annonce par l'Insee pour le deuxième trimestre d'une stagnation de l'économie, plombée par le manque d'investissement et la déprime de la construction, ce qui a amené le gouvernement à revoir en baisse ses prévisions de croissance et de déficit pour 2014. ID:nL6N0QK0NC FRANCOIS FILLON, EX-PREMIER MINISTRE UMP (COMMUNIQUÉ] "Les chiffres du deuxième trimestre confirment hélas que la France s'enfonce dans le marais de la stagnation. Le retournement de la conjoncture promis par François Hollande apparaît pour ce qu'il était : un leurre, une basse man½uvre politicienne pour gagner du temps." "Pour les Français l'avenir est sombre. Pour l'opposition, l'heure est plus que jamais à l'unité et au projet d'alternance car nous ne relancerons pas notre pays avec les demi-mesures et les recettes du passé." ERIC WOERTH, ANCIEN MINISTRE UMP DU BUDGET, SUR I>TELE "Je pense que le gouvernement doit dans les trois mois qui viennent avoir un plan de relance du pays, un plan de relance sérieux, qui domine toute autre considération, changer le code du travail et amorcer une véritable réduction des déficits publics." "C'est ahurissant, on a mené en bateau l'Europe depuis maintenant deux ans, on a dit 'donnez-nous du temps, on va faire les réformes nécessaires', l'Europe a donné du temps et nous n'avons pas fait les réformes nécessaires contrairement à ce que dit le gouvernement. Le gouvernement n'a pas de plan d'action, il a un plan de communication." MARINE LE PEN, PRÉSIDENTE DU FRONT NATIONAL (COMMUNIQUÉ) "Le nouveau trimestre de croissance nulle que vient de vivre la France doit définitivement alerter nos compatriotes sur l'incompétence grave de nos dirigeants successifs, incapables année après année de remettre en cause les dogmes absurdes qui guident leur politique économique." "La France doit tourner le dos à une austérité ravageuse et retrouver des muscles face à la mondialisation sauvage par une monnaie nationale enfin adaptée à ses besoins, un protectionnisme intelligent comme le pratiquent tant de pays dans le monde, et un patriotisme économique pleinement assumé, en soutien en particulier à nos TPE, PME et PMI. Cette politique de dynamisation économique et sociale ne se fera pas dans le cadre anesthésiant de l'Union européenne" MEDEF (COMMUNIQUÉ) "Plus que jamais, il est urgent de rétablir la compétitivité et la confiance (...) La mise en oeuvre du Pacte de responsabilité va dans le bon sens. Elle doit s'accompagner d'une action résolue privilégiant systématiquement le redémarrage de l'activité des entreprises : baisse des dépenses publiques, fiscalité, coût du travail, environnement des entreprises. "Les réformes structurelles doivent aller plus loin. Il faut proscrire tout signal contraire, toute nouvelle norme ou contrainte sur les entreprises qui ternirait l'image de la France à l'étranger et dissuaderait d'investir." CLUB DES ENTREPRENEURS (COMMUNIQUÉ) "Ces dernières annonces nous disent beaucoup sur la réalité tristement alarmante de notre économie et le besoin réel de réformes structurelles de notre modèle. Cette situation doit conduire nos gouvernants à sortir de leur déni de réalité sur la situation de notre économie." "La France des entrepreneurs attend du gouvernement qu'il baisse les charges asphyxiantes qui pèsent sur eux, qu'il incite autant que possible à l'investissement, qu'il pousse à l'innovation et attire les capitaux tout en empêchant la fuite des cerveaux." (Marion Douet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux