ENCADRE-France-Le parcours d'Abaaoud des attentats jusqu'à sa mort

le
0
    PARIS, 24 novembre (Reuters) - Les enquêteurs ont commencé à 
reconstituer le parcours du chef opérationnel des attentats du 
13 novembre, Abdelhamid Abaaoud, en croisant des données issues 
de la téléphonie et des images de vidéosurveillance, a déclaré 
mardi le procureur de Paris, François Molins. 
    Ce Belge d'origine marocaine de 28 ans est mort lors de 
l'assaut des forces de l'ordre contre un appartement du 
centre-ville de Saint-Denis le 18 novembre.  
    Les mouvements de Salah Abdeslam, complice présumé toujours 
recherché, commencent également à se dessiner.  
           
    ABDELHAMID ABAAOUD, MORT 
     
    VENDREDI 13 NOVEMBRE  
    * Entre 20h40 et 21h21 : "relation soutenue" entre la ligne 
téléphonique utilisée par Bilal Hadfi -- l'un des kamikazes du 
Stade de France, à Saint-Denis -- et une ligne très probablement 
utilisée par Abdelhamid Abaaoud.  
    * 22h00 : La Seat à bord de laquelle s'est déplacé le 
commando qui a attaqué des bars et restaurants des Xe et XIe 
arrondissements de Paris est abandonnée à Montreuil 
(Seine-Saint-Denis), à l'est de Paris. 
    * 22h14 : Abdelhamid Abaaoud est vu en compagnie d'un second 
individu non identifié à la station de métro Croix de Chavaux, à 
Montreuil.  
    * 22h26 : Ils sortent à station de métro Nation, à Paris.  
    * Entre 22h28 et 00h28 : Selon la géolocalisation de sa 
ligne téléphonique présumée, Abdelhamid Abaaoud est repéré dans 
les XIIe, XIe et Xe arrondissements, notamment près du Bataclan. 
"On peut penser qu'il est revenu sur les scènes de crime après 
les attentats commis sur les terrasses des cafés et restaurants 
des Xe et XIe arrondissements et alors que la BRI intervenait 
encore au Bataclan", a relevé François Molins.    
      
    DIMANCHE 15 NOVEMBRE, LUNDI 16 NOVEMBRE 
    * A partir de la soirée du dimanche 15 novembre, Abdelhamid 
Abaaoud a pu se trouver entre La Courneuve et Aubervilliers 
(Seine-Saint-Denis), au nord-est de Paris.  
     
    MARDI 17 NOVEMBRE 
     
    * 22h00: Caché derrière un buisson, en compagnie d'un second 
individu, Abdelhamid Abaaoud retrouve sa cousine Hasna Ait 
Boulahcen rue des Bergeries, à Aubervilliers 
(Seine-Saint-Denis). La jeune femme lui a trouvé un lieu de 
repli en entrant en contact avec Jawad Bendaoud, qui a fourni 
l'appartement de la rue du Corbillon, à Saint-Denis.   
     
    * 22h45: Abdelhamid Abaaoud, sa cousine Hasna Ait Boulahcen 
et le second individu non identifié arrivent à l'appartement de 
la rue du Corbillon à Saint-Denis.          
     
    MERCREDI 18 NOVEMBRE 
     
    A l'issue de l'assaut contre cet appartement, sont retrouvés 
morts:  
    - Abdelhamid Abaaoud 
    - Hasna Ait Boulahcen 
    - un kamikaze non identifié, dont l'ADN et les empreintes 
papillaires ne figurent pas dans les fichiers français. En 
revanche ses empreintes génétiques correspondent à de l'ADN 
retrouvé sur une kalachnikov saisie dans la Seat, "ce qui permet 
de supposer qu'il est peut-être le troisième homme du commando 
des terrasses", a indiqué François Molins. Il a utilisé un 
dispositif explosif avec boulons "similaire à ceux utilisés par 
les autres terroristes", a-t-il poursuivi.     
         
    SALAH ABDESLAM, RECHERCHÉ 
     
    VENDREDI 13 NOVEMBRE 
     
    * 21h59 : Arrivée place Albert-Kahn, dans le XVIIIe 
arrondissement de Paris, d'une Clio depuis la porte de 
Clignancourt. Les occupants du véhicule n'ont pas été identifiés 
à ce stade, mais on y a trouvé de l'ADN de Salah Abdeslam, en 
particulier sur la clé. Selon les enquêteurs, Salah Abdeslam 
aurait pu conduire les kamikazes du commando du Stade de France 
à Saint-Denis avant de regagner Paris, mais il ne s'agit pour 
l'instant que d'une hypothèse.  
     
    * 22h30 : Salah Abdeslam achète une puce de téléphone rue 
Doudeauville, dans le XVIIIe arrondissement, et l'active 
immédiatement. 
    Il passe ensuite plusieurs appels en Belgique, à Hamza Attou 
et Mohamed Amri, qui ont depuis été inculpés et incarcérés en 
Belgique.  
     
    * Ce téléphone est ensuite repéré à 23h17 à Montrouge, à 
23h30 à Bagneux puis allée Vauban, à Châtillon, de 00h16 à 
05h27. Ces trois communes limitrophes des Hauts-de-Seine sont 
situées dans le sud de Paris. 
     
    SAMEDI 14 NOVEMBRE 
      
    * Au petit matin, Salah Abdeslam, Hamza Attou et Mohamed Amr 
partent pour la Belgique. Ils font ensuite l'objet d'un contrôle 
routier à Cambrai, dans le Nord. Mais le nom de Salah Abdeslam 
n'est pas encore apparu dans l'enquête sur les attentats de la 
veille et il est laissé libre. Il est désormais l'homme le plus 
recherché d'Europe.      
 
 (Myriam Rivet pour le service français, édité par Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant