ENCADRE-France 2017-Juppé, à l'offensive, dit ne pas promettre "la Lune"

le
1
    TOULOUSE, 22 novembre (Reuters) - Alain Juppé, qui a de 
nouveau mis en doute la crédibilité du programme économique de 
François Fillon, son adversaire pour l'investiture 
présidentielle à droite, a assuré mardi soir qu'il ne promettait 
pas "la Lune" mais qu'il ne transigerait pas sur ses réformes. 
    Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-François Copé, qui ont 
apporté leur soutien au maire de Bordeaux, étaient présents à ce 
premier meeting de l'entre-deux-tours, pour louer l'efficacité 
et les qualités de rassembleur de leur nouveau champion, 
distancé de 16 points par François Fillon au premier tour. 
    "Je sais qu'il prendra dès les premiers mois les décisions, 
par ordonnances, qui feront changer le pays et la deuxième, 
qu'il saura rétablir la sécurité dans ce pays, l'une de mes 
divergences avec François Fillon, qui ne veut pas augmenter les 
effectifs de police et de gendarmerie", a ainsi déclaré 
Jean-François Copé, en présence également de Jean-Pierre 
Raffarin. 
    Fait inédit, l'épouse d'Alain Juppé, Isabelle, l'a précédé à 
la tribune pour vanter notamment la "tolérance" du candidat, 
alors que François Fillon est attaqué pour ses positions 
présumées "rétrogrades". 
    "Alain, c'est un homme qui fait primer la raison sur 
l'émotion dans les moments graves, qui me rassure dans ce monde 
de plus en plus turbulent et dangereux. C'est quelqu'un qui sait 
faire preuve de fermeté mais aussi de tolérance", a-t-elle dit. 
    Le maire de Bordeaux a ensuite attaqué les propositions 
"irréalistes" de l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, 
dont il a moqué la "rupture" supposée : suppression de 500.000 
postes de fonctionnaires en cinq ans, passage de 35 heures à 39 
heures dans la fonction publique, hausse de la TVA. 
    "Je n'ai jamais promis la lune et je ne transigerai pas", 
a-t-il lancé en conclusion. 
    Un couple de militants estime que "le programme du maire de 
Bordeaux est plus souple que celui de François Fillon, qui 
mettra les Français dans la rue". 
    Ils craignent aussi que "si c'est François Fillon qui 
l'emporte, le centriste François Bayrou sera candidat".  
 
 (Julie Rimbert, édité par Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • franck8 il y a 6 mois

    Fillon candidat de la droite, c'est du pain bénit pour la gauche !