ENCADRE-EDF lance le mercato de la transition énergétique

le
0

* Après EDF, Areva, RTE, CEA et GDF Suez * Nouvelle gouvernance à Areva * Peut-être une femme à la tête de GDF Suez par Emmanuel Jarry PARIS, 13 octobre (Reuters) - Le Conseil d'administration d'EDF EDF.PA donnera jeudi le coup d'envoi d'un vaste mercato pour le renouvellement des dirigeants de groupes français de l'énergie appelés à jouer un rôle décisif dans une transition énergétique élevée au rang de priorité. Henri Proglio, nommé en 2009 sous la présidence de Nicolas Sarkozy et dont le mandat arrive à échéance le 22 novembre, saura alors s'il est reconduit à la tête de l'opérateur historique. ID:nL6N0S70VA Ensuite, la mise en place à la fin du mois d'un nouveau mode de gouvernance à Areva AREVA.PA se soldera vraisemblablement par le départ de l'actuel président du directoire, Luc Oursel, jugé trop effacé pour mener à bien le redressement du groupe, selon des spécialistes du secteur interrogés par Reuters. "Areva va mieux, sans pour autant aller bien, car nous possédons encore cinq milliards (d'euros) de dettes", admettait ce dernier en mai devant une commission parlementaire. "Nous devons réduire l'endettement à l'horizon de 2015-2016." Cette mission pourrait échoir à un tandem Pierre Blayau-Philippe Knoche aux fonctions de président du conseil d'administration et de directeur général du groupe, contrôlé directement ou indirectement à 86,5% par l'Etat. Le premier préside aujourd'hui le conseil de surveillance. Le second, actuellement directeur général délégué, est crédité d'avoir su pacifier les relations entre Areva et EDF. Se posera ensuite la question de la succession de Bernard Bigot, administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), qui atteindra la limite d'âge en janvier, quelque jours après le terme de son deuxième mandat, mais que l'on dit prêt malgré cela à rempiler. "Son engagement nucléaire assez entier n'est pas contesté en haut lieu", croit savoir un député socialiste spécialiste des questions énergétiques, lui-même fan de l'actuel patron du CEA bien que celui-ci ait eu des responsabilités au RPR et à l'UMP. SÉQUELLES Au printemps, viendra le tour de Dominique Maillard, président du directoire de Réseau de transport d'électricité (RTE), filiale à 100% d'EDF, qui gère et exploite plus de 100.000 km de lignes à haute et très haute tensions. Son remplacement sera vraisemblablement l'occasion de reposer la question récurrente d'une ouverture du capital de RTE, condition de son développement au niveau européen et de son affranchissement vis-à-vis de la maison mère. La succession de Gérard Mestrallet à la tête de GDF Suez GSZ.PA , dont le capital est détenu à 35,5% par l'Etat, est aussi ouverte, bien que l'échéance soit plus lointaine. Si GDF Suez, moins prisonnière qu'EDF du poids du nucléaire, est entré plus vite dans une logique de diversification et de développement des énergies alternatives, la nouvelle direction aura à réduire les séquelles de la fusion de 2008. "Il y a encore des luttes d'influence internes entre les deux entreprises. Il faut que les deux entreprises dépassent leurs anciennes rivalités", souligne le député UMP Daniel Fasquelle, bon connaisseur du dossier. Cette tâche pourrait échoir à Isabelle Kocher, directrice financière du groupe poussée par Gérard Mestrallet au détriment du numéro deux Jean-François Cirelli, ex-patron de GDF, qui se verrait ainsi écarté pour cause de mésentente avec l'actuel PDG. S'il se confirme, ce scénario donnera une héritière, passée qui plus est par le cabinet du Premier ministre socialiste Lionel Jospin (1997-2002), à l'ex-patronne d'Areva Anne Lauvergeon, seule femme à avoir dirigé un groupe énergétique. De quoi aider François Hollande à faire passer dans son camp le maintien ou la nomination de patrons étiquetés à droite. (Edité par Yves Clarisse)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant