ENCADRE-Djihadistes de Paris-Le procureur décrit un arsenal de guerre

le
0

PARIS, 9 janvier (Reuters) - Les auteurs des trois attaques meurtrières commises mercredi, jeudi et vendredi à Paris étaient en possession d'un véritable arsenal de guerre, selon le procureur de la République. Lors d'une conférence de presse, François Molins a qualifié de "véritablement hors normes" cette série d'attentats, qui s'est soldée par 20 morts, dont les trois assaillants, et au moins 17 blessés, dont plusieurs policiers. Au siège de l'hebdomadaire Charlie Hebdo, dont l'attaque par les frères Chérif et Saïd Kouachi a fait mercredi 12 morts et 10 blessés, les enquêteurs ont retrouvé 31 étuis de calibre 7,62 et cinq ogives ; 25 douilles ont été retrouvées à l'extérieur. Dans une voiture abandonnée par les deux hommes ont notamment été découverts dix cocktails molotov et deux talkie-walkies, ainsi qu'un girophare, un pare-soleil barré de la mention "police" et un drapeau djihadiste. Une empreinte digitale de Chérif Kouachi a été trouvée sur un des cocktails molotov, identifié comme le conducteur. Après une traque de 48 heures et un échange de coups de feu avec une patrouille de gendarmes, les deux frères se sont retranchés vendredi matin dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne. Après l'assaut qui a coûté la vie aux deux hommes en fin d'après-midi, les policiers ont encore trouvé sur place un lance-roquettes "avec une roquette engagée", dix grenades fumigènes, deux kalachnikov, deux pistolets automatiques. Les démineurs ont aussi découvert sur l'un des deux hommes une grenade disposée de façon à piéger le corps. Amedy Coulibaly, qui a assassiné jeudi une jeune policière et blessé un agent de la voirie à Montrouge, près de Paris, puis tué vendredi quatre personnes dans une épicerie casher du XXe arrondissement avant d'être lui-même abattu, disposait d'un arsenal tout aussi impressionnant. Selon François Molins, il a fait feu avec un fusil d'assaut kalachnikov sur la policière et tiré sur l'agent de la voirie avec une arme de poing. Vendredi, il était armé de deux kalachnikov, d'un pistolet mitrailleur de type Scorpio, de deux autres armes de poing russes Tokarev, et d'un couteau. Le djihadiste avait également piégé le magasin avec une quinzaine de bâtons d'explosifs à usage civil et un détonateur. Selon François Molins, plusieurs centaines d'enquêteurs de la police judiciaire et 23 magistrats ont été mobilisés pendant trois jours pour traquer les trois djihadistes. Cette traque a donné lieu à 48 interceptions téléphoniques, 39 géolocalisations, 16 gardes à vue, dont cinq encore en cours vendredi soir, huit perquisitions, 67 expertises diverses et l'audition de plus de 100 témoins, a précisé le procureur. (Emmanuel Jarry, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant