ENCADRE-Crise en Ukraine: le Protocole de Minsk

le
0

PARIS, 7 février (Reuters) - Signé le 5 septembre par des représentants de la Russie, de l'Ukraine et des séparatistes pro-russes sous l'égide de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), le Protocole de Minsk a esquissé un possible plan de sortie de crise en douze points. L'accord dont François Hollande et Angela Merkel s'efforcent de relancer la mise en oeuvre repose sur une cessation immédiate du recours aux armes. Les onze autres points confient notamment à l'OSCE une mission de surveillance du cessez-le-feu et de la zone frontalière entre l'Ukraine et la Russie. Le texte appelle aussi au retrait "des formations armées et du matériel militaire illicites, ainsi que des combattants irréguliers et des mercenaires". Il prévoit une loi de décentralisation accordant un statut d'autonomie à plusieurs districts des régions de Donetsk et Louhansk, où les séparatistes ont proclamé des "républiques populaires", avec la tenue d'élections locales, ainsi qu'une amélioration de la situation humanitaire et qu'un programme de relance économique du Donbass. Le Protocole engage aussi les deux parties à libérer tous leurs captifs et prévoit un mécanisme d'amnistie. Un Mémorandum signé le 19 septembre, toujours dans la capitale biélorusse, a précisé les modalités de mise en oeuvre du cessez-le-feu. Il fige notamment les positions des belligérants et les engage à retirer leurs armes lourdes à une distance minimale de 15 km des "lignes de contact", ou lignes de front. Le gouvernement ukrainien affirme que les séparatistes, avant même le déclenchement de leur offensive en janvier, ont mis à profit le cessez-le-feu théorique pour s'emparer de nouveaux territoires dans l'est du pays. Selon le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Pavlo Klimkin, plus de 500 km² de territoires seraient ainsi passés sous le contrôle des rebelles au-delà des lignes de front "gelées" par le mémorandum d'application de l'accord de Minsk. Kiev prévient que toute issue diplomatique à la crise devra prévoir leur restitution. (voir ID:nL6N0UZ4GQ ) RENVOI Pour retrouver une CHRONOLOGIE de la crise en Ukraine, double-cliquer sur ID:nL5N0VH01C Sources: OSCE, délégation française auprès de l'OSCE, Reuters (Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant