En visite à Pékin, Moscovici veut profiter de la libéralisation du yuan

le
0
Les banques et les entreprises françaises souhaitent obtenir des licences pour pouvoir se financer en yuan, alors que Pékin internationalise sa monnaie.

«L'internationalisation du renminbi (l'autre nom du yuan, la devise chinoise) est l'un des événements les plus importants de la décennie à venir pour le système monétaire international», répète Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France. Le plénum du Parti communiste chinois, début novembre, a réaffirmé l'objectif de faire du renminbi (RMB) une devise pleinement convertible à l'horizon de quelques années.

En attendant, Pékin autorise de plus en plus banques et entreprises étrangères à utiliser le yuan hors du territoire chinois par le biais d'accords avec les banques centrales, ou l'octroi de quotas et autres licences. Les financiers français, banques et assureurs, soutenus par Paris Europlace, entendent bien ne pas rater le train.

D'ores et déjà 10% des transactions commerciales franco-...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant