En ville, les bureaux de poste déménagent au supermarché

le
0
En ville, les bureaux de poste déménagent au supermarché
En ville, les bureaux de poste déménagent au supermarché

Après les campagnes... les villes. La Poste, qui a déjà fermé plus de 7 000 bureaux en zone rurale durant la dernière décennie pour les transformer en agences postales communales ou en relais commerçants, s'apprête à passer à la vitesse supérieure. Selon l'ouvrage de nos deux collaboratrices, « la Face cachée de la Poste », qui sort demain, ce sont près de 7 000 sites dans les villes moyennes, mais aussi à Bordeaux, Lyon ou même à Paris, qui pourraient disparaître d'ici à 2020. Une sacrée révolution en perspective...

La direction de la Poste refuse pour l'heure de confirmer officiellement cette hypothèse : « En effet, il y aura moins de bureaux de poste à l'avenir. Combien ? Je n'en sais rien. La question n'est pas là », explique, évasif, Philippe Bajou, le patron du réseau (la direction qui gère les bureaux sur tout le territoire). Mais syndicalistes et cadres de l'entreprise en sont convaincus : l'ancienne administration publique devenue une entreprise comme les autres en 2010 -- certes, à capitaux publics... -- va appliquer à la lettre un remède préconisé la même année dans un rapport explosif de la Cour des comptes. A l'époque, les sages de la rue Cambon écrivaient : « Au regard des 17 000 points de contact actuels, une optimisation commerciale conduirait à un réseau d'environ 3 000 points de vente. »

Un maillage de bureaux qui a coûté 4,2 Mds¤ en 2013

Ce scénario relevait de la science-fiction il y a cinq ans. Il est en train de devenir réalité. En effet, la Poste, confrontée à la chute vertigineuse des volumes de courrier, est sommée de réaliser des économies. C'est bien simple, à l'horizon 2020, le nombre de lettres et de petits colis aura été divisé par deux par rapport à ce qu'il était en 2008 ! Or, son maillage très dense de bureaux lui coûte une fortune : près de 4,2 Mds¤ en 2013... « Si l'Etat doit combler son déficit chaque année, ce n'est pas tenable [...]. Comme l'a dit la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant