En vacances à Agadir, Chirac est «affaibli mais il a toute sa tête»

le
0
En vacances à Agadir, Chirac est «affaibli mais il a toute sa tête»
En vacances à Agadir, Chirac est «affaibli mais il a toute sa tête»

Vingt ans après son élection à la présidence de la République, Jacques Chirac se refait une santé au Maroc. L'ancien président a délaissé le bel hôtel où il a l'habitude, depuis de longues années, de se reposer sur les hauteurs de Taroudant, pour s'installer, pour quelques semaines, non loin de là, à Agadir. Cette fois, il a posé ses valises dans une résidence du palais royal et son immense parc avec une superbe vue sur la mer. Et à quelques foulées d'un hôpital militaire. 

Agé de 82 ans, l'ancien chef de l'Etat, affaibli, se fait discret en France où sa dernière apparition en public remonte à fin novembre au musée Branly, à Paris, alors qu'il reste aux yeux des Français le président le plus populaire selon un récent sondage. Au Maroc, il n'hésite pas à se montrer en public dans un restaurant d'Agadir. Amateur de bonnes tables, Jacques Chirac prend souvent place avec son épouse Bernadette, dans le restaurant chic de la Madrague, dans le très cossu quartier de la Marina, où il est venu plusieurs fois fin avril. Et dans un autre bar, de l'autre côté du port de plaisance. 

«Il a toute sa tête contrairement à ce que l'on dit de lui...»

«C'est un habitué du lieu, on l'accueille depuis des années, raconte Mathieu, le propriétaire de ce lieu contemporain spécialisé en poissons. Il aime être devant les bateaux. Quand les gens le reconnaissent, il accepte toujours de se faire prendre en photo avec des simples passants, des enfants. Il ne rechigne jamais. Il adore se faire prendre en photo. Il est toujours très accueillant même si sa santé n'est plus la même depuis un certain temps. Il a vieilli. Il marche avec une canne et en s'appuyant sur son garde. Mais, il a toute sa tête contrairement à ce que l'on dit de lui...» 

«Avant, on faisait des tables pour quinze personnes. Il arrivait vers 19 heures et passait la soirée. Il y avait sa famille, ses amis. Aujourd'hui, il vient davantage pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant