En Ukraine, la guerre cybernétique a déjà commencé

le
0
En Ukraine, la guerre cybernétique a déjà commencé
En Ukraine, la guerre cybernétique a déjà commencé

Cyber-attaques pour bloquer le site des séparatistes de Crimée, du Kremlin ou de l'Otan, puissant virus informatique Snake : si la guerre sur le terrain entre soldats russes et ukrainiens n'a pas commencé, la guerre cybernétique, elle, est déjà là.Ces derniers jours, et avec une plus grande ampleur ces dernières heures, une guerre virtuelle a commencé en Ukraine et dans les pays engagés dans la pire crise diplomatique entre la Russie et les Occidentaux depuis la fin de l'Union soviétique en 1991.Les "soldats" de cette guerre ne portent pas d'uniforme, n'appartiennent pas forcément à un État mais s'affrontent à coups d'"attaques par déni de service" ou DDoS, un acronyme qui cache tout simplement une attaque visant à saturer un service, un site internet.Cette guerre du XXIe siècle s'est accélérée au moment de l'ouverture des bureaux de vote dans la péninsule ukrainienne de Crimée. Le site créé par les autorités séparatistes de Crimée pour le suivi du scrutin a été bloqué pendant une heure. Le gouvernement pro-russe de Crimée a accusé des hackers d'une université américaine, Urbana-Champaign, dans l'Illinois, Quelques heures plus tôt, c'est l'Alliance atlantique, qui passe pour soutien du nouveau pouvoir ukrainien, qui était la cible d'attaques revendiquées par des pirates ukrainiens se faisant appeler "CyberBerkout"."Nous avons lancé une attaque contre l'Otan", a déclaré le groupe sur son site. "Nous n'admettrons pas sur le territoire de notre patrie la présence de l'Otan", a ajouté "CyberBerkout".Leur nom fait référence aux "Berkout", les unités de la police antiémeute venues attaquer sur le Maïdan de Kiev les contestataires qui réclamaient la chute du président Viktor Ianoukovitch.Ces unités spéciales ont été démantelées après la chute le 22 février du président Ianoukovitch et accusées d'avoir infligé des pertes considérables aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant