En Turquie, les manifestations kurdes pour Kobané font 18 morts

le
1
En Turquie, les manifestations kurdes pour Kobané font 18 morts
En Turquie, les manifestations kurdes pour Kobané font 18 morts

Le bilan s'alourdit après des manifestations kurdes qui se sont tenues mardi en Turquie. Au moins 18 personnes sont mortes dans des affrontements avec les forces de l'ordre dans différentes villes du pays. Les protestataires dénoncent l'inaction du gouvernement d'Ankara, contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) qui veulent s'emparer de la ville kurde de Kobané, en Syrie.

Les incidents les plus meurtriers se sont produits dans le chef-lieu de la zone kurde de Turquie, Diyarbakir (sud-est), où huit manifestants ont été tués, selon le journal «Hürriyet». Les autorités locales ont décrété le couvre-feu à Diyarbakir, Mardin (sud-est) et Van (est), où l'armée a pris position. Cette mesure est inédite depuis la levée de l'état d'urgence dans cette zone, il y a 12 ans, qui avait été instauré en raison de la rébellion armée kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Importants dégâts

Les forces de l'ordre ont aussi réprimé toutes les manifestations dans d'autres villes du sud-est anatolien, provoquant des morts et des blessés. Des heurts ont également opposé les militants kurdes à des adversaires politiques, notamment du parti politique islamiste, HUDA-PAR. D'importants dégâts matériels ont été recensés, notamment sur des bâtiments publics ou appartenant au Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) de Recep Tayyip Erdogan, actuellement au pouvoir. Des véhicules ont été incendiés et des banques ou des magasins pillés. Dans plusieurs districts d'Istanbul, qui abrite une importante communauté kurde, de violentes échauffourées ont opposé les forces de l'ordre aux manifestants prokurdes. La police a interpellé au moins 98 personnes.

VIDEO. Violentes manifestations kurdes en Turquie.

Malgré le feu vert du parlement à une opération militaire contre l'EI, Ankara refuse d'intervenir, provoquant la colère des populations kurdes. Si Kobané tombe, les pourparlers de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9425023 le mercredi 8 oct 2014 à 17:10

    La Turquie, c'est un génocide par siècle.