En Tunisie, les islamistes se déchirent

le
0
Le mouvement Ennahda, qui dirige la coalition gouvernementale, est décidé à contrer les extrémistes salafistes.

Le mouvement Ennahda, majoritaire au pouvoir, a durci le ton face à ceux que son leader, Rached Ghannouchi, appelait auparavant ses «enfants». Les fondamentalistes tunisiens qui adhèrent à la branche djihadiste du salafisme sont depuis quelques semaines dans le collimateur des autorités, qui n'acceptent plus leurs nombreux dérapages: manifestations violentes, attaques ou, dernièrement, le meurtre d'un policier après une fatwa lancée par un imam salafiste.

Depuis fin avril, l'armée traque, sans succès, une trentaine de personnes présentées comme djihadistes cachées dans les montagnes de l'Ouest tunisien, à la frontière algérienne. Ce week-end, c'est le ministère de l'Intérieur qui prévenait que dorénavant l'installation des tentes de prédication nécessitera une autorisation. Une mesure qui a valu des heurts dans plusieurs villes du pays entre s...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant