En Tunisie, la révolte s'organise aussi sur Internet

le
0
VIDÉO - Face à la censure du pouvoir qui bloque l'accès aux informations sur les émeutes, un groupe d'«Anonymes» attaque depuis plusieurs jours des sites gouvernementaux.

La protestation tunisienne s'organise sur Internet. Solidaires de la gronde sociale qui se propage depuis la mi-décembre, après l'immolation d'un vendeur ambulant, les internautes ont décidé de hausser le ton contre la censure imposée par le président Zine El Abidine Ben Ali. Car la main mise du pouvoir sur les médias et sur Internet est telle que les émeutes en cours dans plusieurs régions du pays sont pratiquement passées sous silence par la presse locale.

Déjà dans les limbes du classement sur la liberté de la presse dans le monde établi par Reporters sans frontières, la chape de plomb s'est encore alourdie ces dernières semaines. Au-delà de la censure imposée aux médias locaux, l'accès à plusieurs sites d'informations étrangers a été bloqué. Des articles de France 24, du Nouvel Observateur, de l'Express, mais aussi de la BBC ou encore d'Al Jazeera étaient ainsi inaccessibles en début de semaine.

Autres victimes de la censure : les réseaux sociaux, qui

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant