En tirailleurs ou "on s'tire ailleurs"...

le
0
En tirailleurs ou "on s'tire ailleurs"...
En tirailleurs ou "on s'tire ailleurs"...

Gros défi pour la sélection algérienne face aux solides Sénégalais ce mardi soir à Malabo. Il lui faudra attaquer, tirer, marquer, scorer, planter, gagner. Sinon, c'est quasiment retour direct à la maison

L'Algérie n'a plus son destin en main. Mathématiquement, les Verts peuvent passer avec un nul si l'Afrique du Sud tape le Ghana. Pas impossible au regard de la qualité surprenante des Bafana Bafana, encore épatants face au Sénégal (1-1). Mais même remanié et rajeuni, le Ghana possède a priori dans son ADN les ressources qui devraient lui permettre d'accéder comme souvent en quarts de finale. À moins que sa suffisance ne le piège à nouveau contre des Sudafs valeureux qui n'ont de toute façon rien à perdre, tout à gagner. Bref, l'Algérie doit l'emporter pour être sûre de figurer dans le Grand Huit continental ! Les Verts payent cher leur défaite face aux Black Stars. Une défaite 0-1 qu'on annonçait ici même avant la rencontre (cf. Ghana-Algérie : clash des (tiers-) mondialistes !) : "Grâce à leur grande expérience tactique et leur patience pleine de sang-froid, les Black Stars savent aussi très bien se sortir des matchs fermés. ( ) Le Ghana sait tout faire et peut très bien décrocher un bon 1-0 tardif. Et comme, en général, les Ghanéens répondent présents dans les grandes occasions, ils devraient pouvoir conserver leurs chances de qualif." Et c'est ce qui s'est passé : Gyan a marqué l'unique but de la rencontre façon Kostadinov à la 92e !

Et pourtant, l'Algérie, mieux organisée que face à l'Afrique du Sud, n'avait pas démérité. Sans être flamboyante, elle a plutôt mieux maîtrisé la partie, mais a connu un relâchement coupable sur une balle longue vers Asamaoh Gyan qui a pris de vitesse Carl Medjani. Les Algériens auraient dû se souvenir que Gyan appartient à la génération de cracks continentaux tels Eto'o ou Drogba Ce revers n'est en soi pas déshonorant face à un ténor habituel de la CAN, mais il a déplu à tout un pays, frustré et mécontent de ne pas retrouver "l'EN" (l'équipe nationale) qui l'avait tant fait rêver au Brésil. Et comme de bien entendu, la presse algérienne ne s'est pas privée d'en remettre une couche en discutant les choix tactiques de Christian Gourcuff. Pire ! Les médias nationaux ont relayé des "tensions" au sein du groupe Le genre d'attaque sournoise propre à désunir un vestiaire et de tentative tendancieuse à trouver des explications extra sportives à la défaite face au Ghana. Il a fallu que Christian Gourcuff et certains cadres démentent ces rumeurs mal...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant