En Thaïlande, le roi Bhumibol est mort, le prince héritier demande un délai

le , mis à jour à 19:05
0
En Thaïlande, le roi Bhumibol est mort, le prince héritier demande un délai
En Thaïlande, le roi Bhumibol est mort, le prince héritier demande un délai

Il était l'un des plus anciens chefs d'Etat de la planète, mais surtout un père pour tout un peuple. Le roi de Thaïlande, Bhumibol Adulyadej, 88 ans, au pouvoir depuis 70 ans et considéré comme un demi-dieu, est mort ce jeudi à Bangkok. La reine Elizabeth II d'Angleterre est désormais le plus ancien monarque au monde.   

La question de la succession de l'actuel roi Bumibhol était jusqu'à présent un sujet tabou en Thaïlande en raison du statut quasi-divin du monarque mais aussi de la personnalité controversée du prince héritier Maha Vajiralongkorn. Elle est  soudain devenue d'une brûlante actualité. Le chef de la junte, le général Prayut Chan-O-Cha, avait d'abord annoncé que Maha Vajiralongkorn, âgé de 64 ans, allait finalement succéder à son père, puis a finalement expliqué que le prince héritier avait besoin de «temps». «J'ai été reçu en audience royale par le prince héritier. Il a demandé du temps pour se préparer avant d'être proclamé roi», a déclaré le chef de la junte devant la presse. 

Le palais avait publié  mercredi soir un bulletin de santé inquiétant concernant le souverain, précisant qu'il souffrait d'une «nouvelle infection» et se trouvait «sous assistance respiratoire» et «sous thérapie de remplacement rénal». Hospitalisé quasiment en continu depuis deux ans, le roi a aussi été soigné récemment pour une infection pulmonaire, des problèmes cardiaques et de l'hydrocéphalie.  

Des centaines de Thaïlandais s'étaient réunis dans la foulée pour prier devant l'hôpital où était soigné leur roi. Vêtus de rose et de jaune, les couleurs de la monarchie, ils avaient  pénétré dans l'enceinte et le jardin de l'établissement, déposé une guirlande de fleurs, et allumé des bâtonnets d'encens avant de s'agenouiller pour une prière bouddhiste.Dans la foule de plus de 500 fidèles à la mi-journée, certains avaient apporté d'immenses portraits du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant