En Thaïlande, le football aussi est en deuil

le
0
En Thaïlande, le football aussi est en deuil
En Thaïlande, le football aussi est en deuil

Un pays en deuil, un championnat arrêté précipitamment à trois journées de la fin, des supporters en colère... Ces dernières semaines, la Thaï Premier League, pourtant ambitieuse depuis quelques années, traverse une crise sans précédent. Retour sur cette situation qui annonce des lendemains possiblement difficiles.

Depuis le 13 octobre dernier et la mort de Sa Majesté Bhumibol Adulyadej, en Thaïlande, c'est le flou total. La pagaille, même. Une grande partie de la population, pourtant habituée aux couleurs plus prononcées, se balade en noir et blanc, pleure la mort de leur défunt roi et se passe en boucle un programme imposé par une télévision elle aussi convertie au noir et blanc, tandis que les opposants au pouvoir en place se voient aussitôt emprisonnés au nom de l'article 112, qui punit de prison tout blasphème. Pour ne pas ternir l'image de celui que le peuple considérait autant comme un père que comme une figure céleste, et qui a régné sur le pays soixante-dix ans, le ministre de la Justice a même appelé ses citoyens à "sanctionner socialement" ceux qui critiqueraient la monarchie. Pis, le gouvernement, en signe de respect, a annoncé l'arrêt de toutes les "activités de divertissement" pendant un mois, recouvrant les affiches publicitaires d'un drapeau noir, annulant le festival annuel du film de Bangkok et reportant de multiples concerts, dont celui de Morrissey.

"Il faut bien prendre conscience qu'en Thaïlande, il s'agit d'un événement pratiquement sans précédent, explique Jean-Louis Margolin, enseignant-chercheur à l'université de Provence Aix-Marseille et spécialiste de l'Asie du XXe siècle. Sa Majesté Bhumibol Adulyadej était en place depuis 1946, autant dire que l'immense majorité des thaïlandais n'ont jamais connu un autre monarque. Il a toujours été en toile de fond de leur vie. De fait, s'ils respectent à ce point le deuil, ce n'est pas seulement parce qu'il s'agit d'une consigne officielle, mais parce qu'ils essayent aussi de se raccrocher à des fondements d'unité. Surtout aujourd'hui, alors que la société thaïlandaise est extrêmement divisée."

"Nous allons nous battre pour la justice et l'équité."


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant