En Syrie, les djihadistes rejettent la démocratie

le
0
Le Front al-Nosra, qui refuse toute idée d'élections, bénéficie des largesses de leurs sponsors du golfe Persique.

Oui «à la guerre sainte et à la justice de la charia». Non «aux élections et aux partis politiques». Dans un enregistrement audio relayé par des sites islamistes, le chef du Front djihadiste al-Nosra indique clairement sa conception du pouvoir dans la Syrie de l'après Bachar el-Assad. «Nous ne croyons ni aux partis politiques ni aux élections parlementaires, nous croyons à une gouvernance islamique basée sur la choura» (assemblée de juges musulmans), affirme Abou Mohammed al-Joulani pour qui «le moyen d'appliquer la charia, c'est à travers le djihad».

Au côté de l'Émirat islamique d'Irak et au levant (EIIL), le Front al-Nosra, qui a prêté allégeance à al-Qaida en avril, est la principale organisation djihadiste luttant contre le régime de Damas. Cette prise de position ne peut que gêner la composante plus modérée de l'opposition autour de l...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant