En Syrie, l'escalade dans l'horreur

le
1
En Syrie, l'escalade dans l'horreur
En Syrie, l'escalade dans l'horreur

Un massacre de plus en Syrie. La situation ne cesse de se détériorer dans ce pays désormais classé comme le plus dangereux du monde. Il suffit de se rendre sur les plates-formes de partage en ligne comme YouTube pour se rendre compte de la sauvagerie de ce conflit qui a déjà fait plus de 100000 morts en vingt-neuf mois : décapitations, exécutions sommaires, enfants soldats en train de commettre des meurtres, tortures?

Cette fois, c'est l'agence de presse officielle Sana qui publie une série de photos effrayantes de corps sans vie, allongés dans la poussière. Une mise en scène macabre, certainement destinée à frapper les esprits, alors que Bachar al-Assad vient de repousser le principe d'une solution négociée dans une interview télévisée, expliquant que tout se réglerait avec « une main de fer » sur les champs de bataille. Les clichés dévoilés hier montrent un groupe d'une soixantaine de combattants rebelles, parfois très jeunes, tués au cours d'une embuscade dans la région de la Ghouta orientale, à 35 km de Damas, la capitale.

Alep dévasté

Le régime présente ses miliciens comme des militants du front Al- Nosra, cette organisation islamiste radicale affiliée à Al-Qaïda, qui a pris de plus en plus de poids au sein de l'insurrection. « Les terroristes ont été tués et leurs armes confisquées », se réjouit une source militaire. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) confirme le massacre mais sans évoquer Al-Nosra, se bornant à indiquer que « 62 rebelles » ont péri et que « 8 autres sont portés disparus ».

Le 21 juillet, 49 insurgés avaient été tués dans un accrochage similaire à Adra, toujours dans la région de la Ghouta. Malgré les appels à la modération lancés pendant le ramadan (qui s'est terminé hier soir), la guerre n'a donc connu aucun répit. A Alep, ce sont les rebelles qui ont remporté une victoire en s'emparant d'une base aérienne stratégique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • baljo le jeudi 8 aout 2013 à 09:28

    Le parisien est mal informé par l'OSDH la base aérienne est une tombe pour les djihadistes!