En Syrie, Assad craint d'être mis au ban par Washington

le
0
La répression se poursuit à Tel Kelakh où au moins huit contestataires ont été tués mercredi.

Pour le quatrième jour consécutif, des chars ont bombardé mercredi Tel Kelakh, ville frontière avec le Liban, où ont fui la plupart des habitants. «Parmi ceux qui restent, certains ont encore essayé de partir, mais les bombardements sont trop intenses», déclarait l'un d'entre eux, joint par l'AFP. L'armée a poursuivi ses arrestations, mais elle a été la cible de coups de feu. Les forces de sécurité sont entrées samedi dans Tel Kelakh, pour y réprimer les opposants au président Bachar el-Assad (35 civils tués depuis samedi dont au moins huit mercredi).

De son côté, l'agence officielle de presse Sana indique que huit soldats ont trouvé la mort dans les affrontements. Confronté à une vague de contestation sans précédent, le régime accuse des groupes armés soutenus par des islamistes et des puissances étrangères d'être responsables des violences.

Mercredei, alors que les États-Unis ont annoncé vouloir sanctionner directement le leader syrien, ce dernier s'est

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant