En Somalie, le chaos politique aggrave la crise alimentaire

le
0
Deux régions ont été déclarées par l'ONU en situation de famine dans ce pays sans État depuis vingt ans. Les islamistes, qui contrôlent aujourd'hui la majeure partie du territoire, gênent les opérations humanitaires.

«Je suis étonné que les gens voient la famine comme une conséquence du manque de pluie et de nourriture», a déclaré mardi le président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, à propos de la crise alimentaire grave qui frappe la Somalie. Le pays a pourtant souffert, ces derniers mois, d'un manque de pluies qui a affecté ses récoltes. La crise alimentaire sévit d'ailleurs dans toute la corne de l'Afrique, menaçant en tout 10 millions de personnes. Mais en Somalie - pays le plus touché, où deux régions ont été déclarées par l'ONU en situation de famine - elle est selon Donald Kaberuka «absolument liée aux destructions causées par la crise somalienne». C'est-à-dire à vingt années de chaos politique résultant de l'effondrement de l'État somalien.

Ancienne colonie britannique (au nord) et italienne (au sud), la Somalie a acquis son indépendance en 1960. Neuf ans plus tard, le régime parlementaire est renversé par un coup d'État du gé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant