En Russie, la lutte contre le sida otage de l'ultraconservatisme

le
0
Anastasia, 32 ans , et Vladimir, 37 ans , sont en discusiion sur leurs santé avec avec Maskim et Anastasia. Ils ont découvert l'association il y a quinze jours. Moscou le 18 juillet 2016.
Anastasia, 32 ans , et Vladimir, 37 ans , sont en discusiion sur leurs santé avec avec Maskim et Anastasia. Ils ont découvert l'association il y a quinze jours. Moscou le 18 juillet 2016.

Le pays compte plus d’un million de séropositifs, et le nombre de contaminations continue de progresser.

Ils arrivent comme des ombres, attrapent quelques seringues, parfois des compresses, un test de détection du virus du sida (VIH) pour les plus audacieux, et disparaissent aussi vite, visage défait baissé vers le sol. A peine quelques mots échangés avec les deux volontaires du Fonds Andreï Rilkov, une des rares ONG russes à travailler auprès des toxicomanes, qui ont pris position devant la petite pharmacie d’Izmaïlovskaïa, un quartier populaire de l’est de Moscou. L’emplacement est stratégique : seulement quelques pharmacies moscovites vendent sans ordonnance du tropicamide, un collyre pour les yeux très prisé des toxicomanes, qui le mélangent avec l’héroïne pour en accélérer les effets.

Arrive Sania, 30 ans, mais un visage qui en paraît le double. Torse nu couvert de tatouages, grand sourire aux lèvres, des anecdotes à n’en plus finir. Et une légère inquiétude pour cet énorme abcès qui commence à lui déformer la jambe. Sania a commencé à se droguer en prison. C’est là aussi qu’il a été contaminé par le VIH. Depuis cinq ans, Sania voit régulièrement les employés du Fonds. « Ce sont les seuls à qui je peux demander conseil, constate-t-il. Je ne suis pas enregistré comme résident à Moscou, donc je ne peux pas aller à l’hôpital. » En plus de ses seringues habituelles, Sania voudrait emporter ce soir-là quelques-unes des brochures éditées par le Fonds, particulièrement celle sur « les drogues et la loi ».

« Agent de l’étranger » Impossible : les volontaires n’ont pas eu le temps...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant