En replay : Muriel Robin, Xavier Dolan et des « jobs en or »

le
0

Chaque samedi, La Matinale propose un choix d’émissions à voir ou revoir.

LA LISTE DE NOS ENVIES Cette semaine, deux portraits et une enquête valent le détour pour découvrir d’autres facettes du cinéaste prodige Xavier Dolan, les blessures cachées de l’humoriste Muriel Robin et ces « jobs en or » de la République, une tradition aux relents très monarchiques.

Muriel Robin, désarmante de sincérité

En 1977, Muriel Robin décrochait la première place au concours d’entrée du Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris. Durant ses trois années d’études, l’un de ses professeurs, Michel Bouquet, l’a trouvée « remarquable de vérité ». Pourtant, Muriel Robin ne fera jamais partie ni de la nomenklatura du théâtre ni de celle du cinéma. Et elle restera pendant toute sa carrière mal considérée par le milieu culturel parisien.

Sur les deux longues heures de portrait très psychologisant que consacre France 2 à l’une des humoristes françaises les plus populaires, le chapitre consacré à « l’élève à part » qu’était Muriel Robin apparaît le plus révélateur du parcours de cette femme blessée. Il est à la fois touchant de voir Muriel Robin l’étudiante interpréter avec brio un extrait du Malade imaginaire, de Molière, ou du Requiem pour une nonne, de William Faulkner, et déconcertant d’entendre l’acteur et metteur en scène Christian Benedetti raconter : « Elle jouait comme Jacqueline Maillan. Pour nous, c’était la représentante du théâtre de boulevard ; à la limite, on se demandait ce qu’elle faisait là. »

« Tiens bon », lui avait dit Michel Bouquet. ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant