En privé, DSK dit du gouvernement que «la moitié sont des brêles»

le
76
En privé, DSK dit du gouvernement que «la moitié sont des brêles»
En privé, DSK dit du gouvernement que «la moitié sont des brêles»

L'hebdomadaire Le Point publie ce jeudi une série de confidences de Dominique Strauss-Kahn faites à ses proches. L'ancien patron du FMI, qui fut un temps pressenti pour devenir président de la République avant l'affaire du Sofitel, n'est pas tendre avec François Hollande et les membres du gouvernement dont il juge que «la moitié sont des brêles».

DSK est en revanche plus bienveillant à l'égard du Premier ministre Manuel Valls, selon des propos rapportés par des proches de l'ancien directeur général du FMI, cités par Le Point : «Manuel, il veut faire, il peut faire. Mais il n'est pas tout seul. Avec Hollande, ils sont deux dans la même cuisine gouvernementale, l'un tient le sel, l'autre le poivre. Hollande s'implique trop dans le quotidien, Manuel n'a pas d'espace. Il est ficelé dans un gouvernement composé par Hollande dont la moitié sont des brêles. Il n'a pas fait le gouvernement qu'il voulait».

Hollande, «c'est un tacticien»

Le social-démocrate qu'est Dominique Strauss-Kahn n'est pas non plus convaincu par les 50 milliards du plan d'économies mis en place par le gouvernement. «La moitié est bidon» juge-t-il. Pour lui, tout cela est de la pure stratégie politicienne. Le chef de l'Etat, «c'est un tacticien. A chaque instant, Hollande prend la position qui maximise sa situation en se disant : plus tard, on verra. Là, il occupe le centre parce que, fin 2013, Sarkozy envisageait de revenir par le centre» dit-il encore de François Hollande.

Alors que dans les rangs du PS, certains députés critiquent ouvertement la politique économique et sociale menée par le gouvernement, là encore, l'ancien ministre de l'Economie est critique. Il jugerait que «le discours qu'ils tiennent, c'est les années 80. Ce discours-là, il n'existe que chez nous. Je ne connais pas un pays en Europe où une force politique lourde, qui va des communistes à l'aile gauche du PS, soit dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • msoulie3 le lundi 7 juil 2014 à 18:47

    aminet.Peux dire si le P de la R a eu UNE FOIS AU MOINS, UN POSTE DE MINISTRE, SECRETAIRE D'ETAT OU SOUS SECRETAIRE D'ETAT dans la passé ?Et tu penses qu'il a suffisamment d'expérience pour diriger la politique du gouvernement ou nommer des ministres !!!!!!!

  • housssss le lundi 7 juil 2014 à 13:37

    C'est scandaleux de sous-entendre qu'il y a une moitié "viable", de là à penser qu'il a déjà fait le tri de ses futurs collaborateurs... Il a l'air d'y croire le bougre. La honte ne tue pas, surtout chez les socialistes. Comme disent les corses "Il n'ont pas de figures"

  • janaliz le jeudi 3 juil 2014 à 22:42

    ragni...tude....

  • luke4 le mercredi 2 juil 2014 à 12:35

    DSK est pourtant monté comme une brele, devient il modeste?

  • crcri87 le dimanche 29 juin 2014 à 00:12

    Evidemment quand on est un étalon !!

  • fbordach le samedi 28 juin 2014 à 13:16

    La moitié seulement? DSK a surement voulu rester poli!

  • ppww le vendredi 27 juin 2014 à 15:31

    la moitié seulement? Moi j aurai dit plus. Sans compter le chef qui devrait compter double.

  • aminet le vendredi 27 juin 2014 à 14:55

    C'est bien beau de critiquer le président et le gouvernement actuel, mais si les fans de l'ancien ne sont pas complètement aveuglés par leurs œillères, ils devraient se rendre compte qu'ils n'ont pas été capables de gérer un compte de campagne de 20 malheureux millions et amené au bord de la faillite un parti politiques avec quelques millions de budget annuel. Qualifiés pour redresser le pays ?

  • aminet le vendredi 27 juin 2014 à 14:52

    Des noms, des noms !

  • nitram.g le vendredi 27 juin 2014 à 14:29

    je ne désapprouve pas.