"En politique, l'idéologie aveugle, un peu comme l'amour?"

le
0
Francois Hollande à l'Élysée. Le pouvoir isole, constate le psychiatre Jean-Paul Mialet 
Francois Hollande à l'Élysée. Le pouvoir isole, constate le psychiatre Jean-Paul Mialet 

« Ça va mieux ! » disait François Hollande le 14 avril. Une affirmation largement contredite par les grèves à répétition, les blocages de la CGT et les risques de pénurie. Le président de la République serait-il atteint d'un trouble bien connu des psychiatres : le déni de réalité ? Interview de Jean Paul Mialet, psychiatre, ancien chef de clinique de l'hôpital Sainte-Anne, à Paris et directeur d'enseignement à l'université Paris-5.Le Point.fr : Qu'est-ce que le déni de réalité en psychiatrie ?

Jean-Paul Mialet : Cela représente, chez une même personne, un clivage entre deux fonctionnements mentaux. D'un côté, la personne perçoit une réalité et de l'autre, elle nie ces faits, car ils sont incompatibles avec ce qu'elle a dans la tête. Le déni de réalité se retrouve chez les patients atteints de psychose, une maladie où l'on perd le sens des réalités. Disons, pour simplifier, que les psychotiques ont décidé que 2 + 2 = 5, car 4 les fait trop souffrir. Dans ces conditions, le dialogue devient difficile. Ils sont enfoncés dans un univers intérieur qui n'est pas celui des autres, ils se coupent du monde.

Les hommes politiques pratiquent-ils le déni de réalité consciemment ?

Utiliser ce terme psychiatrique reviendrait à déresponsabiliser ceux qui en sont les auteurs... L'être...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant