En pleine lucarne...

le
0
En pleine lucarne...
En pleine lucarne...

Le 18 juin 2013, Duško Krtalica, gardien de but amateur de 51 ans, a joué un match de football avec une balle de revolver dans la boîte crânienne. Un plomb reçu pendant la partie et sans même qu'il s'en rende compte. Retour sur un miracle.

Le cerveau humain est un mystère. Étudié depuis de nombreuses années par tous les chercheurs et médecins du monde entier, il est pourtant encore loin d'avoir livré la totalité de ses secrets. Très loin même. Oui, l'encéphale, comme l'appellent les scientifiques, est capable de choses qui sortent de l'ordinaire. Comme permettre à un homme de jouer au football avec une balle de pistolet dans la boîte crânienne. Par exemple. C'était il y a deux ans, à Boljakov Potok, dans la banlieue de Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine. La tour de l'Horloge - monument historique de la ville - indique alors quatorze heures. Le moment pour Duško Krtalica, gardien de but, de débuter avec son équipe un tournoi amateur organisé par la mairie, sur fond de buvette et barbecue géant. Une compétition qui restera à jamais gravée dans l'esprit du quinquagénaire. Mais également dans sa chair.

Trois mariages, pas d'enterrement


Alors que les matchs s'enchaînent, c'est au tour de Duško et des dix autres joueurs de sa team de fouler la pelouse de l'un des petits terrains bordés de poteaux en ciment abîmés par le temps. La partie se lance, le cuir passe de pied en pied. Le portier bosniaque, lui, rentre peu à peu dans la rencontre, défendant bravement ses cages, quand, après quelques minutes de jeu seulement, une douleur vive à la tête le déconcentre. Croyant s'être blessé après un faux mouvement, l'homme reste sur le pré, réalise quelques parades et va même au bout de son match. Mais la douleur persiste et pousse les participants à faire appel à une équipe médicale. Peu de temps plus tard, après des examens de sa boîte crânienne, le diagnostic est aussi stupéfiant que sans appel : Duško a une balle de calibre 9 millimètres au niveau de l'hypothalamus. Rien que ça. Pas de temps à perdre, le bougre est transféré en salle de chirurgie et se fait retirer l'objet de la caboche. Dans un état stable, il se remettra sans mal de l'opération.

La balle à (Du)ško

Mais alors, comment ce type a-t-il bien pu prendre une bastos en jouant au ballon ? Une fois le tournoi terminé, les forces de l'ordre de la ville, informées…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant