En plein débat sur la BCE, Angela Merkel en appelle aux Etats

le
7
ANGELA MERKEL APPELLE LES ÉTATS EUROPÉENS À AGIR DAVANTAGE POUR LA CROISSANCE
ANGELA MERKEL APPELLE LES ÉTATS EUROPÉENS À AGIR DAVANTAGE POUR LA CROISSANCE

par Paul Carrel

BERLIN (Reuters) - La chancelière allemande, Angela Merkel, est intervenue mercredi dans le débat sur la politique de taux bas de la Banque centrale européenne (BCE), en appelant les Etats européens à agir davantage pour favoriser la croissance ce qui, assure-t-elle, contribuera à la remontée de l'inflation.

La BCE a été vivement critiquée ces derniers jours par des responsables politiques allemands qui reprochent à sa politique de taux extrêmement bas, voire négatifs, de créer des "trous béants" dans les comptes des épargnants et les fonds de pension des retraités, du fait de la baisse des rendements.

Ces critiques en Allemagne ont poussé le ministre français des Finances, Michel Sapin, à demander publiquement à Berlin de respecter l'indépendance de la BCE.

Angela Merkel est venue en renfort en soulignant que les dirigeants politiques d'Europe pouvaient eux-mêmes contribuer à pousser l'inflation à la hausse en faisant davantage pour soutenir la croissance.

"Ce que peuvent faire les responsables politiques, c'est apporter plus de croissance en Europe, et pas seulement en Allemagne mais dans toute l'Europe, et à partir de cette croissance, se placer dans une situation où le taux d'inflation remontera à nouveau", a-t-elle dit à la presse.

En mobilisant l'attention sur l'action des gouvernements, Angela Merkel pourrait aider à faire retomber la tension dans le débat en cours sur les mesures prises par la banque centrale.

Le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, a dit mardi à Reuters que les taux ultra-bas de la BCE créaient des "problèmes exceptionnels" pour les banques et les retraités allemands, ajoutant qu'ils risquaient de faire le jeu des eurosceptiques.

Mais Angela Merkel a voulu recentrer le débat en soulignant que la BCE avait pour mandat de relever l'inflation à un certain niveau. "Dans ce contexte, notre tâche est de générer de la croissance et des emplois", a-t-elle ajouté.

L'objectif de la BCE est d'assurer un taux d'inflation proche de 2% à moyen terme dans la zone euro, alors qu'il est actuellement quasi-nul.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie il y a 8 mois

    Cette situation désastreuse nécessite une nuit du 4 août à l'envers

  • b.renie il y a 8 mois

    L'économie française est bloquée par les groupes de pression qui s'opposent à la libération du marché du travail pour protéger les privilèges de certaines catégories de la population : fonctionnaires, agents publics, cheminots, électriciens etc. Il en résulte un chômage croissant et un dépérissement du tissu industriel qui oblige à importer ce qui est consommé mais n'est plus produit en France d'où la Balance commerciale déficitaire deuxième cause de l'appauvrissement du pays.

  • umrk il y a 8 mois

    Et elle, que fait elle ? A part des excédents .....

  • M1628016 il y a 8 mois

    Ah Ah Ah , le mythe de la croissance infinie dans un monde FINI.

  • M1628016 il y a 8 mois

    MAIS oui zoulaya la pyramide de ponzi des retraites te protège des marchés MAIS pas de la faillite de l'état.Tu as déjà oublier le cas grec ????? BIEN sur que pour la france 80 Md€ de création monétaire de la BCE c'est une aubaine pour continuer à vivre au dessus de ses moyens sans que cela coute trop cher. COMBIEN d'€ de déficit pour combien d'€ de croissance. La croissance par la dette depuis 40 ans arrive à sa fin TOUT va exploser.

  • berghof il y a 8 mois

    Après ses récentes prouesses elle ferait mieux d'être discrète.

  • LERINS il y a 8 mois

    Le dopage budgétaire étant impossible à cause du surendettement accumulé et le dopage monétaire atteignant ses limites, il serait grand temps de stimuler la croissance de l'économie réelle en redonnant aux acteurs économiques l'intérêt d'investir et de prendre des risques. En adoptant sans tarder le principe fiscal d'exonération de la production décrit dans le blog intitulé : REMBOURSER LA DETTE PUBLIQUE SANS APPAUVRIR LES CITOYENS.