En Ouganda, LafargeHolcim accusé de faire son ciment du minerai creusé par des enfants

le
0
La cimenterie Hima, dans la ville du même nom, à l'est de l'Ouganda, appartient à à LafargeHolcim, leader mondial des matériaux de construction
La cimenterie Hima, dans la ville du même nom, à l'est de l'Ouganda, appartient à à LafargeHolcim, leader mondial des matériaux de construction

Près de la frontière congolaise, des enfants extraient de la pouzzolane que les ONG accusent d’alimenter une cimenterie du leader mondial de la construction. Lequel dit n’avoir pas connaissance de cette violation de ses engagements.

A Harugongo, la mine fait face à l’école. Mais dans ce village de l’ouest de l’Ouganda, à une dizaine de kilomètres au nord de la ville de Fort Portal, les enfants n’ont pas vraiment le choix. Vincent, 17 ans, pioche depuis cinq ans déjà. La nuit souvent. Le dimanche toujours. « Il y en a qui commencent plus jeunes que moi, à 11 ans même », explique-t-il. Vincent montre une plaie à son mollet. « On charge les camions le soir. Une pierre m’est tombée dessus. » Il se plaint de toux, de vertiges, de douleurs aux poumons. « Il y a beaucoup de poussière. Tu inhales ça toute la journée. J’ai des problèmes pour respirer. Quand je tousse, ça me brûle. »

Les carrières à ciel ouvert courent sur plusieurs centaines de mètres, dessinant de larges cavités grisonnantes le long des collines, face aux sommets émeraude du Rwenzori, « Montagnes de la Lune » et frontière naturelle entre l’Ouganda et le Congo. La caillasse extraite ici est une roche volcanique, couleur grisâtre : la pouzzolane. « Coupée » avec du clinker (mélange de calcaire et d’argile broyé et enfourné), elle permet de produire un ciment bon marché en grande quantité.

Selon les acteurs rencontrés sur place par Le Monde, la pouzzolane extraite par les enfants d’Harugongo fournit la cimenterie de la société Hima, filiale ougandaise du leader mondial des matériaux de construction, LafargeHolcim. « Ils sont plusieurs centaines à travailler ici pour aider leurs parents plutôt que d’aller à l’école, dénonce Gerald Kankya, lanceu...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant