En maths, les Anglais nous battent à plate couture

le , mis à jour à 08:19
0
En maths, les Anglais nous battent à plate couture
En maths, les Anglais nous battent à plate couture

Combien font 11 x 12 ? Non seulement Max connaît la réponse*, mais ce petit Anglais de 7 ans, qui a élu les maths comme sa « deuxième matière préférée après le football », trouve la question plutôt facile. Sa maîtresse, Alice David-Jekyll, est très fière mais pas surprise de ce beau résultat. Les tables de 2, de 5 et de 10 figurent au programme du niveau 2, l'équivalent britannique du CP. Et il n'est pas rare que les 25 enfants de sa classe, assis sur un tapis décoré de signes + ou =, décollent au gré des leçons au-delà de l'horizon du nombre 100.

 

C'est un fait, les « primary schools » anglaises ont significativement amélioré leurs résultats en maths depuis vingt ans, laissant les petits Frenchies du primaire loin, très loin derrière. La dernière étude TIMSS de l'Association internationale pour l'éducation, rendue publique ce mardi matin, va confirmer cette tendance visible à l'œil nu, à un jet d'Eurostar.

 

A l'école Wix, où étudie le petit Max, le match France - Angleterre se joue au quotidien. Cet établissement du Londres chic et résidentiel est géré pour moitié par le lycée français, pour l'autre par les autorités locales britanniques. Au troisième étage, l'Education nationale règne en maître et on applique les programmes de la Rue de Grenelle. Au premier, Alice David-Jekyll et ses collègues jouent une partition anglaise... à la sauce asiatique. En effet, pour doper les performances, le directeur, Daniel Grove, a importé depuis septembre des manuels de Singapour. Alice David-Jekyll a aussi reçu une formation spécifique sur les principes éducatifs d'Asie du Sud-Est et elle partage régulièrement ses trouvailles et réussites pédagogiques avec ses collègues, au cours de réunions organisées chaque mercredi.

 

Des méthodes bien différentes

Si le temps dédié aux maths est comparable d'une classe à l'autre (une heure par jour environ), les méthodes, elles, sont bien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant