En Martinique, Manuel Valls assure qu'il est de gauche

le
2
EN TOURNÉE AUX ANTILLES, MANUEL VALLS REJETTE LES ATTAQUES
EN TOURNÉE AUX ANTILLES, MANUEL VALLS REJETTE LES ATTAQUES

par Cécile Everard

FORT-DE-FRANCE, Martinique (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur s'est défendu en Martinique des attaques lancées contre lui à Paris dans son propre camp à la suite de l'expulsion d'une collégienne kosovare et il a assuré qu'il était bien "de gauche".

Manuel Valls a entamé mercredi une tournée de quatre jours aux Antilles, où 50 meurtres ont été recensés depuis le début de l'année. Arrivé en début de soirée à Fort-de-France, il est allé immédiatement dans la zone de sécurité prioritaire (ZSP) mise en place en avril 2013 dans cinq quartiers.

Au même moment à Paris, la polémique continuait à faire rage sur l'expulsion de Leonarda Dibrani, 15 ans, interpellée le 9 octobre lors d'une sortie scolaire et reconduite à la frontière avec sa famille.

Interpellé à ce propos par des journalistes, Manuel Valls est convenu que l'enceinte scolaire devait être "préservée de toute intervention".

Mais le ministre socialiste a rejeté les attaques de ceux qui, à gauche, l'accusent de mener une politique de droite.

"Je suis de gauche parce que je pense qu'il faut aussi une politique qui respecte la loi, le droit, l'homme, mais une politique assumée et ferme en matière de gestion des flux migratoires", a-t-il déclaré.

Plus tard, sur la chaîne Martinique première, il a invité le monde politique métropolitain à "la retenue et à la raison".

ATTENDU DE PIED FERME

Entouré du maire de Fort-de-France, Raymond Saint-Louis-Augustin et de la vice-présidente du Conseil régional, Catherine Conconne, il a parcouru le quartier populaire des Terres-Sainville, où une fusillade a fait un mort en juillet.

La Martinique a enregistré 12 meurtres depuis le début de l'année, dont 10 par arme à feu, pour environ 400.000 habitants.

La libre circulation des armes à feu y est un fléau.

"Ce ne sont pas des gros réseaux ou de la mafia qui agissent", a précisé Catherine Conconne, "mais de petites frappes urbaines en manque de travail, sur fond de banalisation de l'utilisation de produits addictifs".

Le taux de chômage s'élève à 21 % et la zone des Caraïbes est un des lieux de passage privilégié du trafic international de cocaïne.

Manuel Valls a fait étape à la maison de la Justice et du Droit de Fort-de-France, où des médiateurs et un service de justice de proximité tentent de régler les conflits à l'amiable.

"La moitié de la grande délinquance est liée à des conflits de voisinage", a expliqué Tristan Gervais de Lafont, président du tribunal de grande instance de Fort-de-France.

Les agents de médiation interquartiers, en polo orange vif, sont sur le terrain en permanence.

"Autrefois, ici, on vivait maisons ouvertes, cela a bien changé", a souligné Catherine Conconne.

Bien accueilli par la population, Manuel Valls a en revanche été battu froid par des syndicats de police qui jugent ne pas avoir les moyens d'accomplir leur mission.

"Nos enfants ont la même valeur que ceux de Marseille, de Lyon ou d'un autre département hexagonal", s'insurge le syndicat majoritaire Unité-SGP-FO Police. "Nous refusons qu'ils soient traités autrement, ils ont droit à une sécurité efficiente."

La création de la ZSP a permis l'envoi de 25 policiers en renfort, mais les syndicats en réclament au moins 40 de plus.

Manuel Valls a reconnu le "piteux état" du commissariat de Fort-de-France. Un nouveau commissariat sera livré en 2017.

Le ministre de l'Intérieur est également attendu de pied ferme, jeudi, en Guadeloupe, qui détient le record national de meurtres depuis le début de l'année: 38.

Edité par Emmanuel Jarry

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • colafer le jeudi 17 oct 2013 à 10:32

    Manuel Valls est victime de l'absence de politique migratoire !!!Aujourd'hui La France accueil des personnes et est incapables de leurs donner un avenir !!Elle a déjà du mal avec sa propre population......Règlons d'abord les problèmes des français et mettons en place une politique migratoire choisie avec des quotas !!Tout cela permettrait à ses gens de venir tanter leurs chances dans notre pays , Mais sous condition !!!

  • xtitix79 le jeudi 17 oct 2013 à 10:27

    qu'il soit de gauche de droite de centre on s'en fout un peu quand tout va de travers !