En Libye, l'Italie veut défendre ses chasses gardées

le
0
L'Italie entend conserver son rang de premire partenaire économique de la Libye du temps de Kadhafi

«Il n'y aura pas de bataille de type colonial entre l'Italie et la France pour s'emparer des richesses de la Libye.» Prononcée par Franco Frattini, cette déclaration a valeur d'avertissement pour Paris. Le message du ministre italien des Affaires étrangères est clair: «L'Italie restera un partenaire privilégié de Tripoli. Ne venez pas chasser dans notre réserve.»

Premier partenaire économique de la Libye du temps de Kadhafi, l'Italie entend conserver son rang. Elle s'est trouvée contrainte d'entrer dans la guerre, malgré le soutien affiché par Silvio Berlusconi au colonel. Le conflit l'a privée du bénéfice du traité d'amitié et de coopération signé le 31 août 2008 et qui avait réglé cinquante ans de contentieux colonial en garantissant à ses entreprises un traitement de faveur en Libye. Tout au long des pilonnages alliés, elle n'a cessé d'exiger qu'on y mette rapidement fin. Tout en prêtant ses bases aux appareils de l'Otan et à ceux du Qatar. Et en ad

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant