En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Carole Delga ne fait déjà plus l'unanimité

le
0
Carole Delga a été élue présidente de la région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, lundi.
Carole Delga a été élue présidente de la région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, lundi.

Il faut que tout change? mais surtout que rien ne change. Telle pourrait être la devise de Carole Delga, la nouvelle présidente socialiste de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, paraphrasant Lampedusa, l'auteur du célèbre roman Le Guépard. À 44 ans, l'ancienne secrétaire d'État au Commerce et à l'Artisanat a été élue par 89 voix contre 40 face à son adversaire FN dès le premier tour au perchoir de l'assemblée régionale, lundi 4 janvier à Toulouse, les Républicains ayant préféré ne pas présenter de candidat. Elle devient ainsi la plus jeune présidente de ce genre de collectivité.

Mais, en dépit des promesses de changement liées notamment à la menace frontiste, la benjamine des présidents de région ne semble pas prête à renoncer aux bonnes vieilles méthodes de gouvernance. Ainsi, alors que dans certaines régions comme la Normandie, les exécutifs ont décidé de faire des économies, à commencer par les indemnités des élus, les 158 conseillers régionaux de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées vont, eux, bénéficier d'une augmentation conséquente. Une mesure mécanique prévue par la loi puisque la nouvelle grande région affiche désormais plus de 3 millions d'habitants. Chaque élu verra ainsi son indemnité passer de 2 280 à 2 661 euros par mois. Un joli coup de pouce. Davantage même, s'il est membre de la commission permanente. Cette fameuse commission compte de droit tous les vice-présidents de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant