En Jordanie, Hollande a surtout parlé de la Syrie

le , mis à jour à 15:29
1
En Jordanie, Hollande a surtout parlé de la Syrie
En Jordanie, Hollande a surtout parlé de la Syrie

Dernière étape du voyage au Moyen-Orient du président français. François Hollande s'est alarmé mardi à Amman du blocage des négociations de paix sur la Syrie et de la reprise des combats, qui font craindre, selon lui, un nouvel afflux de réfugiés en Jordanie.

«Pour la Jordanie, ce qui se passe à Genève est très important. La suspension des négociations est préoccupante. Car si la trêve est rompue, les combats reprendront, les civils vont fuir de nouveau. Il n'y aura pas d'espoir», a déclaré François Hollande lors d'un entretien avec le roi de Jordanie Abdallah II.

Le chef de l'Etat français achève en Jordanie un périple de quatre jours au Moyen-Orient, après le Liban et l'Egypte, dominé par les crises de la région. Lundi au Caire il avait appelé à «tout faire» pour maintenir la trêve entre le régime et les rebelles en Syrie.

L'opposition syrienne a suspendu sa participation «formelle» aux délicates négociations de paix de Genève pour protester contre la «détérioration» de la situation en Syrie, où la trêve est menacée. Une aggravation de ce conflit, qui a fait 270 000 morts et jeté des millions de personnes sur les routes de l'exil, pourrait provoquer un nouvel afflux de réfugiés dans les pays limitrophes, au Liban, en Jordanie et en Turquie.

Déjà 600 000 Syriens accueillis en Jordanie 

Le royaume hachémite est, comme le Liban, sous forte pression: il accueille plus de 600 000 Syriens selon les chiffres de l'ONU, 1,4 million selon les autorités. Et le flux ne se tarit pas. Les autorités jordaniennes ont annoncé lundi qu'environ 50 000 Syriens se pressent aujourd'hui dans un no man's land désertique sur la frontière syro-jordanienne. Un nombre en forte augmentation alors qu'ils étaient 16 000 trois mois plus tôt.

Le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) a récemment exhorté la Jordanie à «cesser de bloquer les réfugiés dans les zones frontalières reculées pendant des mois et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • UBOAT il y a 8 mois

    Moi, je mbalade, lal là là là la, je mbalade ....