En Italie, seule une grande coalition peut éviter le chaos

le
0
INFOGRAPHIE - Le chef de la gauche, Pier Luigi Bersani, hérite d'un Parlement ingouvernable. Son salut dépend de son adversaire Berlusconi ou du trublion Beppe Grillo.

À Rome

Au lendemain du «tsunami» Beppe Grillo qui a ravagé le paysage politique italien, Pier Luigi Bersani pratique l'euphémisme: «Le pays se trouve dans une situation très délicate.» C'est peu dire au regard du chaos qui s'est instauré. Le leader démocrate sait qu'il lui appartiendra de tenter, dans les jours et les semaines à venir, de former un nouveau gouvernement. Et il en mesure à l'avance toutes les difficultés.

Pour éviter un retour quasi immédiat aux urnes, que tous s'accordent à juger catastrophique, deux voies s'ouvrent au chef du Parti démocrate: soit conclure un accord de gouvernement avec le leader du Mouvement 5 étoiles (M5S) qui s'est affirmé comme la première force politique du pays, devançant toutes les autres formations avec 25,5 % des voix ; soit s'ent...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant