En Italie, les provinces se rebellent contre Mario Monti

le
0
Le gouvernement va redessiner la carte administrative pour faire des économies, au grand dam de certaines localités.

L'Italie, qui compte aujourd'hui quelque cent dix provinces, n'en dénombrera plus que quarante-six en décembre prochain. C'est du moins ce qu'a décidé vendredi le conseil des ministres. Un décret prévoit que chaque province devra afficher une superficie de 2500 km2 ou une population d'au moins 350.000 habitants. Cette réforme, nécessaire pour juguler les dépenses publiques, suscite émotion et colère dans bien des agglomérations.

«Avec Parme, jamais», clame-t-on ainsi à Plaisance. À Pise, l'idée d'être associé à Livourne, l'ennemi héréditaire, fait frémir. À Rome, Renata Polverini, le gouverneur du Latium, craint de perdre les provinces de Viterbe (30.000 habitants) et de Latina (49 km2). «Nous saisirons les tribunaux administratifs», lance-t-elle. Sept provinces de Sardaigne sur huit devront fusionner pour remplir les critères indiqués - seule celle de Cagliari y satisfait déjà. En Toscane, Sienne la fière devra unir son destin à celui de Arezzo.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant