En Italie, au mois d'août, on pensait que...

le
0
En Italie, au mois d'août, on pensait que...
En Italie, au mois d'août, on pensait que...

En Italie, comme partout ailleurs, on s'imaginait beaucoup de choses à la sortie de l'été. Comme un triomphe romain ou napolitain, une remontée milanaise ou un essoufflement du vieux Luca Toni. Mais à l'image d'un film de Martin Scorsese, le scénario s'est rarement déroulé comme on l'avait prédit. La preuve par dix.

... Rudi Garcia soulèverait son premier Scudetto

Conte qui démissionne en plein été, un recrutement jugé timide et une équipe vieillissante. Au mois d'août, une chose est sûre, personne ne voyait la Juventus boucler sa saison avec 17 points d'avance sur la Roma. Cette année, les spécialistes le sentaient, le Scudetto allait revenir à la Louve et son génie d'entraîneur français. Partis en trombe, les Giallorossi ont commencé à accuser le coup après la rouste infligée par le Bayern en Ligue des champions (7-1 à l'Olimpico) avant de sombrer définitivement après les fêtes au terme d'un mois de janvier catastrophique. Une aubaine pour la Juve qui, en vieille femme expérimentée, ne s'est pas fait prier pour larguer ses poursuivants dès l'hiver.

... Inzaghi révolutionnerait le Milan

Clarence Seedorf avait tenté le coup après le limogeage de Max Allegri et n'avait pu récolter que 35 points en 19 journées. Insuffisant pour Galliani et Berlusconi qui décident de confier les clés à Pippo Inzaghi pour la saison 2014/2015. Le recrutement estival est encourageant (Alex, Diego López, Ménez...), les premières journées également, mais, rapidement, l'engouement retombe et San Siro se remet à gronder. À la trêve, Milan est 7e et peut encore espérer s'accrocher au wagon européen. Malheureusement, la seconde partie de saison est épouvantable (trois défaites et un nul en janvier) et les Rossoneri doivent se résoudre à la 10e place. Malgré toute la bonne volonté du monde, Pippo ne fut jamais "Super". Et la Lombardie attend toujours son messie.

... Naples finirait tranquillement sur le podium, entre la Juve et la Roma

Comme au tiercé, on savait que les trois allaient arriver en tête, mais pas dans quel ordre. Dix mois plus tard, on se retrouve avec un deux sur trois et une belle surprise sur le podium. Contre toute attente, le Napoli s'est fait chiper sa place par une séduisante Lazio, plus fraîche et surtout plus combative. Avec à sa tête un entraîneur spécialiste en la matière, Naples aurait pu se rattraper sur la Coupe d'Europe. Même pas. Les Partenopei se sont fait sortir par le Dnipropetrovsk en demi-finale de Ligue Europa et terminent donc l'année cinquièmes avec un océan de regrets à éponger. Naples avait les armes, mais visiblement pas l'envie. Espérons que le successeur de Benítez ramène un peu de rigueur…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant