En Israël, les larmes d'une fillette insultée par les ultraorthodoxes

le
0
Les incidents se multiplient à Beit Shemesh où la petite Naama Mergolis a récemment dénoncé l'agressivité des ultraorthodoxes, qui prônent la ségrégation entre les sexes.

Elle a huit ans mais, contrairement aux enfants de même âge, elle ne se presse pas de retourner chez elle à la sortie des classes. «J'ai peur des gens méchants qui m'attendent dehors et veulent me faire du mal», a récemment confié à la télévision la petite Naama Mergolis. Ces «méchants» sont des ultraorthodoxes aux habits noirs, très minoritaires au sein du monde juif religieux, mais qui depuis des années terrorisent leurs voisins de la ville de Beit Shemesh, entre Jérusalem et Tel-Aviv.

Ils n'acceptent pas de voir dans leurs quartiers des femmes qui ne se plient pas à leurs exigences vestimentaires. Celles qui osent défier leurs interdits se font injurier et cracher dessus, sinon pire. De tels incidents sont fréquents à Jérusalem, particulièrement dans le quartier ultraorthodoxe de Méa Shearim, haut lieu des haredim - littéralement des «craignant-dieu».

Au nom de leur interprétation très stricte de la tradition juive, des ultraorthodoxes se sont vainement op

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant