En Iran, les gardiens de la Révolution font fermer un journal

le
0
    DUBAI, 20 juin (Reuters) - Les autorités iraniennes ont 
fermé lundi le journal Ghanoon, connu pour ses critiques à 
l'encontre des gardiens de la Révolution (GRI), a annoncé le 
quotidien sur son site internet. 
    Dans un communiqué, Ghanoon déclare que les autorités 
judiciaires ont décidé de l'arrêt du journal après des plaintes 
du service de renseignement des GRI.  
    Cette fermeture a lieu quelques jours après un discours du 
président Hassan Rohani appelant à une plus grande liberté 
d'expression dans les médias. 
    Le journal est accusé "de diffamation et de désinformation 
visant à provoquer une panique dans le pays", selon son site 
internet, qui ne précise pas quel reportage a pu contrarier les 
gardiens de la Révolution. 
    Ghanoon a déjà été temporairement interdit, en 2014, après 
une enquête sur un ancien membre des GRI accusé de corruption. 
    Le journal a essuyé de nombreux reproches en janvier pour 
avoir critiqué l'arrestation de dix marins américains par les 
gardiens de la Révolution. 
    Hassan Rohani a été élu en 2013 en faisant miroiter aux 
Iraniens une plus grande liberté politique et sociale mais se 
voit souvent reprocher, y compris par ses partisans, de ne pas 
tenir sa promesse. 
    Il a souhaité samedi, à l'issue d'un dîner avec des 
journalistes iraniens, que les médias critiques vis-à-vis du 
pouvoir soient renforcés. 
 
 (Bozorgmehr Sharafedin, Laura Martin pour le service français, 
édité par Jean-Stéphane Brosse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant