En Iran, des jeunes à la chasse aux Pokémon malgré l'interdiction

le
0
En Iran, des jeunes à la chasse aux Pokémon malgré l'interdiction
En Iran, des jeunes à la chasse aux Pokémon malgré l'interdiction

L'Iran a été l'un des premiers pays à interdire l'application pour smartphones Pokémon Go, mais comme pour de nombreux jeux ou réseaux sociaux sur internet, de jeunes fans de la toile ont réussi à contourner l'interdiction.Dans les allées fleuries du parc Mellat, dans le nord de Téhéran, un adolescent, les yeux rivés sur son écran, s'arrête soudainement devant un homme assis sur un banc aux côtés de sa femme et de sa fille.La famille stoppe sa conversation et regarde fixement le garçon, qui pointe son téléphone vers elle avant de continuer sa route comme si de rien n'était, absorbé par le monde virtuel de Pokémon Go.Devenu un phénomène mondial, ce jeu de réalité augmentée a été interdit début juillet - quelques jours seulement après son lancement - par le Haut conseil du cyberespace, une instance gouvernementale.Les autorités ont évoqué des problèmes liés à la sécurité nationale car la plate-forme permet la géolocalisation des utilisateurs qui, selon elles, peut être utilisée à des fins d'espionnage."Parce que ce jeu mélange le monde virtuel et réel, il peut poser beaucoup de problèmes au pays et aux gens en termes de sécurité", a déclaré vendredi à l'agence Tasnim le procureur général adjoint, Abdolsamad Khoram-Abadi."Ces jeux peuvent devenir un moyen pour diriger des missiles guidés et même causer des problèmes aux ambulances et aux pompiers," a déclaré Alireza Al-Davoud, un analyste proche des radicaux à l'agence Tasnim, ajoutant craindre que le jeu américain puisse être utilisé pour espionner l'Iran.L'Iran bloque de nombreux sites et réseaux sociaux, y compris Facebook et Twitter.- Contourner l'interdiction -Mais l'interdiction n'a pas empêché des fans déterminés à traquer les créatures virtuelles à l'aide de VPN (réseaux privés virtuels), utilisés sur ordinateur ou téléphone portable pour contourner les filtres.Disponibles dans la plupart des magasins d'informatique, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant