En Indonésie, ils risquent leur vie pour l'étain des smartphones

le
0
En Indonésie, ils risquent leur vie pour l'étain des smartphones
En Indonésie, ils risquent leur vie pour l'étain des smartphones

Paci risque sa vie en plongeant au fond de l'océan Indien en Indonésie pour remuer la vase et ramener de l'étain, un composant vital pour smartphones et tablettes. Cette activité illégale et désastreuse pour l'environnement lui rapporte un peu d'argent. Mais pour beaucoup, elle est fatale.C'est au large des îles de Bangka et Belitung entourées d'eau turquoise que débute la fabrication de produits électroniques dont les ventes ne cessent d'augmenter. Un tiers de l'étain dans le monde provient de cet archipel à l'est de Sumatra.Tout en bas d'une chaîne internationale opaque pour approvisionner les géants de l'électronique comme Apple ou Samsung, des milliers d'hommes à la recherche du précieux métal blanc grisâtre descendent dans l'océan sans véritable protection, pour quelques euros par jour."C'est un travail très dangereux, les risques sont énormes", de noyade et d'accidents, confie Paci à l'AFP, après être remonté à la surface de l'eau avec pour seul équipement des lunettes de plongée et un tube en plastique pour respirer quand il remue le fond de l'océan à la recherche d'étain."Mais que voulez-vous que je fasse? C'est ma vie, et ça c'est mon travail", dit-il.Le bond de la demande d'étain dans le monde, utilisé pour les soudures d'appareils électroniques, incite des particuliers et des pêcheurs à se lancer sans autorisation dans la recherche du précieux minerai, qui rapporte plus que des activités légales.- Au moins un mort par semaine - Une expédition de quatre hommes sur un bateau de pêche réaménagé avec du matériel de dragage peut ramener jusqu'à 30 kilos d'étain les bons jours, ajoute Paci, qui gagne quotidiennement environ 14 euros, une somme non négligeable dans ce pays d'Asie du Sud-Est où près de 40% de la population vit avec moins de deux euros par jour.Le minerai passe dans de nombreuses mains avant d'arriver dans des fonderies qui exportent le produit raffiné destiné à des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant