En immobilier, la Normandie est le miroir de la France

le
0

INFOGRAPHIE - Chaque semaine, le Figaro immobilier vous présente avec le Crédit Foncier le portrait immobilier d’une région. Focus sur la future région qui regroupera la Basse-Normandie et la Haute-Normandie.

À partir de 2016, la Basse-Normandie et la Haute-Normandie ne formeront plus qu’une seule région comptant 3,3 millions d’habitants (5% de la population de l’Hexagone). Si la première est plutôt rurale avec une industrie tournée vers l’agroalimentaire, la seconde, densément peuplée, est portée par une économie qui repose sur l’activité des deux ports, le Havre et Rouen, et sur une industrie diversifiée. Rassemblés, les deux territoires normands pèseront 4% du PIB français (90 milliards d’euros).

Dans cette nouvelle région, où le taux de chômage (10,2%) est inférieur à la moyenne nationale (10,4%), les prix de l’immobilier sont «assez nettement inférieurs» au reste de l’Hexagone, indique le Crédit Foncier. L’écart est important. Les logements dans le neuf sont vendus à 2581 euros le mètre carré en moyenne, au lieu de 3655 euros au niveau national (2079 euros le mètre carré dans l’ancien, contre 3211 euros au niveau national). «Le territoire le plus cher de cette nouvelle région est la Basse-Normandie», note l’étude. Le revenu moyen déclaré par foyer s’élève à 23.600 euros.

Prédominence des maisons et résidences principales

Dans l’ensemble, la région comptera 117 habitants au kilomètre carré, et sera portée par des aires urbaines comme Rouen (650.000) et Caen (400.000) - où vivent près d’un million d’habitants, soit un tiers de la population normande. Qui sont les habitants de la grande région Normandie? À 59%, il s’agit de propriétaires, soit la même répartition que pour l’ensemble de la France. En ce qui concerne le type d’habitation, c’est la maison individuelle qui remporte la mise. Les Normands sont 67% (56% au niveau national) à posséder une maison. La plupart (83%), comme pour l’ensemble de l’Hexagone, sont des résidences principales. Même si cette région est bordée au nord par la Manche, seulement 10% des habitations sont des résidences secondaires (tout comme la moyenne nationale).

Les prix stagnent à Rouen, Caen et Le Havre

Quant aux prix de l’immobilier, s’ils sont restés stables durant l’année 2014 dans le neuf, la tendance est baissière. À Caen on peut acheter à 3000 euros le mètre carré, contre cent euros plus cher à Rouen (3100€). Dans l’ancien, le Crédit Foncier note que «les prix tendent à la stagnation ou sont orientés à la baisse dans certains quartiers». Au Havre (2300 le mètre carré en moyenne), c’est la douche froide: les acquéreurs sont peu nombreux et la baisse des prix se confirme (jusqu’à -5 % en un an). «Le marché reste caractérisé par une demande havraise très souvent limitée au-delà d’un certain seuil et visant des secteurs prisés au détriment de quartiers à l’image moins flatteuse», indique le Crédit Foncier.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant