EN IMAGES. Parade sur la Loire pour les 120 ans du «Belem»

le
0
EN IMAGES. Parade sur la Loire pour les 120 ans du «Belem»
EN IMAGES. Parade sur la Loire pour les 120 ans du «Belem»

Pour fêter ses 120 ans, le «Belem», trois-mâts classé monument historique, est parti samedi en milieu de journée de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) pour une grande parade nautique sur la Loire, qui doit le mener jusqu'à son port d'attache, Nantes.

L'ancien navire marchand, devenu yacht de croisière puis bateau école, a largué les amarres peu avant 13h, avec à son bord seize membres d'équipage et une quarantaine de stagiaires, après avoir fait retentir sa corne de brume.

Voiles fermées et moteur allumé, le «Belem» a appareillé suivi de dizaines d'embarcations de tous types, bateaux de patrimoine, de pêche et portuaires, voiliers ou pneumatiques, et sous le regard de plusieurs dizaines de curieux, massés sur les quais du port de Saint-Nazaire.

Paradant en tête de cette flotte éclectique, le trois-mâts, fleuron du patrimoine maritime français, classé aux monuments historiques depuis 1984, le trois-mâts doit rejoindre son ponton à Nantes aux alentours de 19h.

Cette grande parade nautique donne le coup d'envoi d'une semaine de festivités autour du «Belem» et de son port, intitulée «Débord de Loire», une fête nautique et populaire qui a vocation à se renouveler tous les trois ans. Des visites du port de Nantes et de ses anciens chantiers navals, des expositions, des croisières sur le fleuve et un spectacle son et lumière sont programmés jusqu'au 12 juin.

 

 

Construit par les chantiers Dubigeon, le «Belem» avait été mis à l'eau dans la capitale des Pays de la Loire le 10 juin 1896. Le navire a effectué 33 campagnes commerciales jusqu'en 1914, transportant dans sa coque d'acier des marchandises du Brésil, de Guyane et des Antilles. Victime de la concurrence des bateaux à vapeur, il est sauvé de l'abandon par le duc de Westminster qui le transforme en élégant yacht de croisière.

Revendu en 1921 au brasseur Arthur Ernest Guiness, le trois-mâts long de 58 mètres accoste en 1952 à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant