En Ile-de-France, un réseau ferroviaire à bout de souffle

le
0
La région où s'est déroulé vendredi l'accident du Paris-Limoges abrite 65 % des voyageurs français alors que l'entretien des voies ne suit plus l'augmentation constante du trafic.

Le drame de Bretigny-sur-Orge, qui a causé vendredi la mort de 6 personnes, repose avec force la question de la vétusté des infrastructures ferroviaires. «L'état des lieux, c'est 3000 kilomètres de lignes ralenties pour des raisons d'insécurité liée au vieillissement du réseau», a dénoncé Gilles Savary, député PS de la Gironde et rapporteur du projet de loi sur la réforme ferroviaire.

Cette vérité est particulièrement criante en Ile-de-France et ce n'est d'ailleurs pas un hasard si l'accident du train Paris-Limoges s'est produit dans la région. «Le réseau est à bout de souffle», a estimé lundi Pierre Serne, le vice-président EELV de la région en charge des Transports. Exemple parmi d'autres: chaque été, entre Meaux (Seine-et-Marne) et la Ferté-Milon (Aisne), les rails trop vét...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant