En Île-de-France, les HLM ne profitent pas à ceux qui en ont besoin

le
3

Selon un rapport de la Cour des Comptes, le parc de logements sociaux franciliens ne répond pas bien aux demandes des ménages démunis tout en hébergeant 10% de locataires dépassant les plafonds de revenus.

La Cour des comptes s'inquiète de l'incohérence dans l'attribution des logements sociaux en Ile-de-France, selon un rapport révélé mercredi par Aujourd'hui en France/Le Parisien.

Les magistrats, qui ont travaillé sur la période 2005-2012, ont constaté qu'en 2011, «47% des locataires du parc social, soit environ 520.000 ménages avaient des revenus dépassant 60% du plafond de ressources de logements PLUS (Prêts locatif à usage social) qui leur est applicable, alors que 36% des locataires du parc privé, soit environ 430.000 ménages, avaient des revenus en-dessous de ce plafond», précise le rapport. Alors que 70% des demandeurs figurent parmi les ménages les plus modestes (1200¤ de revenu par mois pour une personne seule), l'accent est toujours resté placé sur les profils les plus aisés (ceux des Prêts locatifs sociaux, de l'ordre de 2800 euros par mois pour une personne seule).

Dans ce document, la Cour s'intéresse également aux locataires plutôt aisés des HLM et notamment à ceux du bailleur France Habitation, présent dans les huit départements franciliens et qui gère 43.000 logements, précise le quotidien.

Selon la Cour, 10% des ménages logés par ce bailleur dépassent les plafonds de ressources donnant droit à un logement social. D'après le rapport, en 2009, «76 ménages ont déclaré des ressources supérieures au double du plafond», à savoir que «54 ménages avaient des revenus supérieurs à 75.000 euros et 10 des revenus supérieurs à 100.000 euros» par an. L'un des locataires déclarait même des ressources annuelles de 256.000 euros!

Par ailleurs, la Cour souhaite voir un réexamen de la règle du «droit au maintien» dans la mesure où certains locataires restent dans leur logements sociaux alors qu'ils auraient les moyens de payer un loyer dans le secteur privé et que d'autres, aux revenus plus modestes, patientent sur les listes d'attente.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr le mercredi 8 avr 2015 à 21:50

    Quelle surprise , cela fait 30 ans que tout le monde le sait sauf nos politiques bien sur ainsi que nos journalistes qui en profitent allègrement .

  • caogan77 le mercredi 8 avr 2015 à 18:54

    slivo détrompez vous il y a HLM et HLM et bien sûr ils ne sont pas à la coursneuve

  • slivo le mercredi 8 avr 2015 à 17:31

    Les riches habitant en HLM méritent la Légion d'honneur pour acte de courage et dévouement ; ils devraient même être exonérés d'impots! C'est ça le prix de la "mixité" sociale