En Hongrie, la contestation 2.0 marque des points contre Orban

le
1
En Hongrie, la contestation 2.0 marque des points contre Orban
En Hongrie, la contestation 2.0 marque des points contre Orban

Leurs réunions ont lieu en général sur Facebook, et ils préfèrent garder à distance les partis politiques: tels sont les organisateurs, rencontrés par l'AFP, de la plus grande manifestation organisée en Hongrie contre Viktor Orban.En une dizaine de jours fin octobre, ils ont amené le Premier ministre conservateur à renoncer à son projet de taxer la consommation d'internet, un recul très rare depuis l'arrivée au pouvoir en 2010 de ce dirigeant controversé.Balazs Gulyas a créé la première page Facebook contre la taxe, laquelle prévoyait un prélèvement d'environ 50 centimes d'euros par gigaoctet téléchargé."Le temps que je rentre de l'université à vélo jusqu'à chez moi, plusieurs milliers de personnes s'étaient inscrites sur la page", raconte cet étudiant en économie de 27 ans.Dimanche 26 octobre, 20.000 manifestants défilaient dans Budapest. Mardi 28, ils étaient environ 50.000. Vendredi 31, M. Orban annonçait le retrait du projet, promettant une vague "consultation" en 2015."Le retrait a été un grand succès", dit M. Gulyas. "Et pour la première fois, Orban a admis qu'il ne représentait pas la majorité".- Opposition affaiblie -Le Premier ministre, sous le feu des critiques en Hongrie et à l'étranger pour des mesures jugées liberticides, a pourtant remporté coup sur coup en 2014 les élections législatives, européennes et municipales. Il s'est imposé à chaque fois largement.Les militants qui ont mobilisé contre la taxe internet étaient encore de parfaits inconnus il y a un mois. Ils communiquent par Facebook ou par listes de diffusion mail. Ils élaborent leurs tactiques dans des bars. Leur succès les amène à se demander aujourd'hui s'ils peuvent combler, dans la vie politique hongroise, le vide créé par une opposition de gauche faible, divisée et de plus en plus démoralisée."Les manifestations ont montré aux gens qu'il était possible d'influer sur le cours des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4300347 le jeudi 6 nov 2014 à 11:40

    que Dieu nous donne président comme lui.